De poids normal et pourtant victime d’obésité androïde

L’obésité androïde se caractérise par une accumulation de graisse intra abdominale. Il est admis que ce type d’obésité, fréquente chez l’homme, est associé à un risque cardiovasculaire nettement augmenté.

Le rapport tour de la taille/taille de l’individu (TT/T) fait partie des indices permettant de quantifier l’obésité androïde.

Une équipe de Louisiane a cherché à savoir si cet indice pouvait avoir un intérêt chez des adultes jeunes asymptomatiques sans surcharge pondérale.

Au total, ce sont les données de 639 sujets de sexe masculin, âgés de 20 à 44 ans et de poids normal (indice de masse corporelle entre 18,5 et 24,9 kg/m2) qui ont été rassemblées.

Les sujets ont été répartis en deux groupes distincts selon que  leur TT/T était ≥ 05 (obésité androïde à poids normal) ou < 0,5 (groupe contrôle).

Après ajustement sur l’âge, l’appartenance ethnique et le sexe, il apparaît que, par rapport aux sujets du groupe contrôle, les individus ayant une obésité androïde avaient en moyenne une pression artérielle diastolique (PAD) et moyenne (PAM), un LDL-cholestérol (LDL-C) des triglycérides (TG), un rapport triglycérides/HDL-cholestérol, une insulinémie et une CRP plus élevées ; ils étaient également davantage insulino-résistants.

Dans le détail, les patients ayant un rapport TT/T ≥ 0,5 avaient, par rapport aux sujets du groupe contrôle, quelque deux fois plus de chances d’avoir une PAM élevée (risque multiplié par 1,9 d’être dans le tertile supérieur), un rapport TG/HDL-C élevé (risque multiplié par 2.2), une insulino-résistance plus marquée (risque multiplié par 2,9) ou encore une CRP élevée (risque multiplié par 2,5). L’obésité androïde était ainsi associée à une prévalence majorée de dyslipidémie, d’HTA, d’insulino-résistance, d’hyperuricémie et de CRP élevée.

L’épaisseur moyenne des parois carotidiennes (bicouche intima média) était également significativement plus élevées chez les patients ayant une obésité androïde (0,76 mm versus 0,71 mm ; p : 0,009).

Les auteurs concluent à l’intérêt d’examiner le rapport tour de la taille/taille de l’individu chez les sujets jeunes sans surcharge pondérale pour identifier ceux d’entre eux qui présentent une obésité androïde. Ce ratio semble ainsi être un moyen simple et fiable pour « repérer » chez des sujets jeunes  pourtant sans surcharge pondérale, ceux qui risquent fort d’accumuler tout un cortège de facteurs de risque faisant pour l’essentiel partie de ce que l’on appelle habituellement le syndrome métabolique.

Dr Olivier Meillard

Référence
Srinivasan SR et coll. : Utility of waist-to-height ratio in detecting central obesity and related adverse cardiovascular risk profile among normal weight younger adults (from the Bogulasa heart study). Am J Cardiol., 2009; 104: 721-4

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Enfin !

    Le 02 janvier 2010

    Enfin des médecins qui vont au delà des concepts...

    Dr Roger Turbide, Cardiologue IDF/France

  • Tour de taille /taille

    Le 16 janvier 2010

    Cet article met l'accent sur le problème de definition de l'obesitè et son corrolaire l'insulinoresistance.
    Un veritable outil simple le tour de taille /taille, reproductible en pratique clinique, en dehors de la problèmatique de choisir l'une des definitions multiples du syndrome mètaboliques, et la frontière discutable des chiffres du BMI, entre surpoids et obèsitè et bien sûr les diffèrences interethniques.

    Dr Redouane Abdeldjalil Bouzid

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.