Œdème maculaire diabétique : quel impact anatomique et fonctionnel du traitement dans la vraie vie ?

L'analyse rétrospective des données de sujets inclus dans OBTAIN, une étude de cohorte multicentrique observationnelle, délivre des résultats qui interrogent sur l'intérêt d'un traitement immédiat par anti-VEGF chez les sujets ayant un œdème maculaire diabétique et une bonne acuité visuelle initiale.

Pour être inclus dans cette étude de cohorte rétrospective et multicentrique, les yeux devaient présenter un œdème maculaire diabétique attesté par une épaisseur du sous-champ central > 250 µm et par la présence de liquide intra et/ou sous-rétinien en tomographie par cohérence optique. L'acuité visuelle devait être ≤ 0,1 logMAR (≥ 20/25 Snellen).

Au total, les données de 249 yeux de 211 patients ont été analysées, dont 155 ayant été traités par anti-VEGF au cours d'un suivi de 12 mois suivi et 94 ayant simplement été observés.

Un maintien de l'acuité visuelle (défini comme une perte < 5 lettres ou un gain documenté à 12 mois) a été constaté dans la majorité des cas, soit 58 % des yeux traités et 73 % des yeux observés.

Pour 63 des 73 yeux observés (86 %) ayant conservé une acuité visuelle stable au cours des six premiers mois de suivi, l'acuité visuelle s'est maintenue tout au long du suivi (∆ –0,1 ± 3,8 lettres ; p = 0,889).

Parmi les 147 yeux observés initialement, il a été constaté une perte d'acuité visuelle ≥ 5 lettres en 6 mois pour 54 (37 %). Pour ces yeux, la poursuite de l'observation (n = 21) s'est accompagnée d'une perte d'acuité visuelle plus prononcée que pour les yeux chez qui le traitement a été entamé  (n = 33), respectivement (–4,2 versus –7,8 lettres ; p = 0,013).

Pour les yeux dont le traitement avait été instauré à l'inclusion (n = 102), le traitement intensif par anti-VEGF (8 à 12 injections intravitéennes au cours des 12 mois de suivi) a entraîné par rapport à l'observation une diminution de l'œdème (∆ épaisseur du sous-champ central – 85,9 versus +11,3 µm, p = 0,003), mais il n'y avait en revanche pas de différence significative concernant l'acuité visuelle (–0,3 versus –1,8 lettres ; p = 0,137).

Les investigateurs concluent que, dans la vie réelle, la majorité des patients ayant un œdème maculaire diabétique et une très bonne acuité visuelle initiale conserve la vision à 12 mois, que cet œdème soit ou non traité. Une constatation qui supporte l'idée, qu'en pareil cas, l'observation simple avec suivi rapproché (trimestriel) est une option possible ; la mise en route du traitement pouvant être différée jusqu'à constatation de la perte de vision d'une ligne.

Dr Jean-Claude Lemaire

Références
Busch C et coll. : Observation versus Treatment in Diabetic Macular Edema with Very Good Visual Acuity – The OBTAIN study.
Congrès de l'Association for Research in Vision and Ophtalmology (ARVO 2019): (Vancouver) : 28 avril-2 mai 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article