Dengue : le gouvernement déshabille-t-il Jacques pour habiller Paul ?

Saint-Denis-La-Réunion, le lundi 4 mai 2018 – Dans son dernier bilan, l’agence Santé Publique France (SPF) faisait état de l’extension de l’épidémie de dengue sur l’île de La Réunion, avec 2 598 cas signalés depuis le 1er janvier 2018, dont 356 en sept jours.

Quelques semaines auparavant, Jean Hugues Ratenon, un député réunionnais apparenté France Insoumise mettait en cause l’Etat dans cette crise sanitaire et déplorait la destruction d’emplois aidés, consacrés entre autres sur l’île au « nettoyage des ravines, l'entretien des espaces verts, l'élimination des gîtes larvaires ». « Le gouvernement a sacrifié la santé des Réunionnais sur l'autel de l'argent » concluait-il alors.

Son appel semble avoir été (partiellement) entendu par le gouvernement.

Mais, n’en ayant guère le pouvoir, Annick Girardin, ministre de l’Outre-Mer, n’a pas annoncé le retour des emplois aidés, mais l’affectation de trois cents personnes effectuant leur service civique pour faire « de la pédagogie et de la prévention ». Pour Annick Girardin, il s’agit en effet du point essentiel : « on rentre dans l'hiver austral, chacun peut penser que cette épidémie va un peu s'endormir (…)  Mais il faut rester très prudent, faire beaucoup d'informations et de pédagogie notamment dans cette période hivernale parce que viendra effectivement le retour du beau temps et c'est souvent là que ça explose ».  Il n’est néanmoins (pour le moment…) pas question de les charger de l’élimination des gîtes larvaires…

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article