Dengue: une quinzaine de cas par mois en France…la maladie fait peur

Bolivie, début mars. L’hôpital universitaire de La Paz est complètement débordé, on ne sait plus où mettre les malades. Ils arrivent tous avec le même tableau clinique, associant céphalées, fièvres, myalgies et autres douleurs, asthénie, perte d’appétit ; 35 000 cas déjà répertoriés, 500 nouveaux cas chaque jour, sans doute la pire épidémie qu’ait jamais connu le pays. De grippe ? Non, de dengue, une explosion que tout un chacun attribue aux changements climatiques et aux pluies diluviennes qui inondent le pays et qui devrait s’aggraver encore …

En France évidemment on n’en est pas là et la situation semble plutôt calme. Selon A Tarantola et al., une quinzaine de cas sont diagnostiqués chaque mois en métropole, essentiellement par des sérologies réalisée par le CNR des arboviroses de l’institut Pasteur et deux grands laboratoires privés (chiffre sous estimant par nature la réalité). Toutes ces infections ont été acquises hors du pays, l’analyse d’un échantillon bien documenté montrant des origines très variées (Antilles 18 %, Asie du sud-est 27 %, Polynésie 4 %, Afrique 14 %, Amérique Latine/ Caraïbes 24 %, Inde/ Sri Lanka 12 %, Iles de l’Océan Indien 5 %). Des chiffres qui, comme le montrent les recensements de 2001et 2002, ne sont valables qu’en période de transition épidémique des DOM-TOM : de par le lien particulièrement étroit qui relie les zones d’endémie (Martinique, Guyane…) et la métropole, ils pourraient évoluer très rapidement, tant en valeur absolue que relative, si la situation de la dengue évoluait défavorablement Outre mer.

La dengue, c’est 2,5 milliards de personnes exposées, 50 millions de nouveaux cas par an et au moins 20 000 décès. En France le problème paraît encore limité, mais l’analyse saisonnière des cas rapportés ici montrent que 40 % d’entre eux sont diagnostiqués entre juin et septembre… période de prolifération autochtone d’Aedes albopictus, le moustique vecteur. A quand la première piqûre d’un voyageur virémique de retour (entre J0 et J5) et le début d’une épidémie européenne ?

L’épisode de Chikungunya italien de Ravenne suggère que tout est possible et que la dengue pourrait un jour, comme elle l’avait fait à Athènes en 1928, surgir là où on ne l’attend pas.

Dr Jack Breuil

Référence
Tarantola A et coll. : Dengue d’importation diagnostiquée en France métropolitaine, janvier 2001- décembre 2006. Med Mal Infect. 2009 ; 39 : 41-47.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Nouvelle Caledonie : voici les chiffres

    Le 01 avril 2009

    Et non il n'y a pas quinze cas en France, car la France ne s'arrete pas a l'hexagone metropolitain, la dengue est actuellement en pleine flambee epidemique dans plusieurs Dom Tom Pom français eux aussi.
    En Nouvelle Caledonie voici les chiffres officiels de la Dass a ce jour:
    "5276 cas de dengue dont 3 décès, ont été recensés depuis le 01/09/2008, point de départ de la présente épidémie.
    Depuis le 1er janvier 2009, nous avons déjà relevé 5087 cas (481 cas pour le mois de janvier, 1568 cas pour le mois de février et 3038 cas au 01 avril 2009 à 07h14)."
    La dengue concerne bien directement la France;
    votre article aurait peut etre merité son titre si vous aviez parle du Luxembourg, mais pour la France vous avez tout faux...!

    Marc Genton

  • ...Et ceux de la Réunion

    Le 03 avril 2009

    En 2007, 26 cas probables et 2 cas confirmés de dengue ont été identifiés à la Réunion, tous autochtones. Sept cas (25 %) ont été hospitalisés. Aucune dengue hémorragique ni aucun décès n’ont été signalés. Le sex-ratio H/F était de 1,33 et l’âge moyen de 36,5 ans [9 - 80]. Un seul regroupement temporo-spatial a été identifié entre mai et juin 2007 dans la commune de Saint-Louis (3 cas probables et 2 cas confirmés (DEN-1: n=1)). Seules cinq déclarations obligatoires spontanées sont parvenues à la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales.
    Chiffres parus sur le site du CIRE Réunion/mayotte.
    Je ne connais pas les chiffres 2008, mais nous avons régulièrement des IgM positives. A la réunion, la situation est "interépidémique"
    restons vigilants!

    Florence Wojcik, biologiste à la Réunion

Réagir à cet article