Dépistage et prévention, armons-nous jusqu’aux dents contre les caries avant 5 ans !

Les caries dentaires représentent la pathologie chronique la plus commune aux USA chez les enfants de moins de 5 ans. Entre 2011 et 2016, approximativement 23 % des enfants entre 2 et 5 ans ont souffert de caries sur leur dentition de lait. La prévalence la plus forte a été notée chez ceux d’origine mexicaine (33 %) et les Noirs non hispaniques (28 %). En comparaison, elle a été de 18 % chez les enfants blancs non hispaniques. Les caries dentaires sont cause de douleurs, de pertes dentaires, de troubles de la croissance et de retentissement sur le poids. Elles affectent négativement la qualité de vie des enfants, leurs performances et sont à l’origine de futures caries pouvant se développer ultérieurement. Tous les jeunes enfants sont à risque potentiel de développement de caries mais des facteurs de risque individuels sont bien établis : modeste niveau de vie de la famille, origine ethnique particulière, noire ou mexicaine notamment.

Influence du statut socio-économique

Les caries sont liées à la présence de bactéries cariogènes, à des troubles du développement de l’émail dentaire et à un faible flux de salive. Interviennent également des facteurs sociaux non biologiques tels qu’un accès réduit à des soins dentaires, un bas niveau socio-économique, une histoire familiale et personnelle de caries dentaires, la consommation importante d’aliments sucrés, une moindre absorption de fluorures ou encore une hygiène buccale défectueuse. On estime que 17 % des enfants ayant vécu, en 2011- 2012, en dessous du seuil de pauvreté présentaient des caries non traitées. A ce jour, on ne dispose d’aucune étude spécifique portant sur la supplémentation en fluor utile en cas de concentration inadéquate dans l’eau de boisson (< 0,6 part de fluor pour un million de parts d’eau, ppmF). De même, on ignore l’âge idéal pour démarrer, puis arrêter l’application d’un vernis fluoré, le plus souvent du fluorure de sodium à 5 % à l’aide d’une petite brosse. Enfin, une étude menée en 2009 a révélé que la moitié seulement des pédiatres examinait les dents des jeunes enfants de 2 à 3 ans et que 4 % seulement préconisaient l’utilisation régulière d’un gel fluoré.

Dans le but d’actualiser ses précédentes recommandations datant de 2014, l’US Preventive Services Task Force (USPSTF) a conduit une revue systématique sur le dépistage et la prévention des caries chez les enfants de moins de 5 ans, d’âge pré scolaire par les médecins de soins primaires (généralistes), ce qui ne signifie évidemment pas que toute prévention doit être abandonnée après cette date.

Concernant la précision du dépistage, une étude de cohorte de bonne qualité, ayant porté sur 258 enfants de moins de 36 mois a fait apparaître qu’un examen par un médecin généraliste, après 2 heures de formation, avait une sensibilité de 0,76 et une spécificité de 0,95 pour l’identification des enfants présentant une ou plusieurs caries, en comparaison avec l’examen d’un dentiste spécialisé en soins pédiatriques. Un autre travail (n = 1 681), également de qualité acceptable, a révélé que le dépistage par des infirmières était associé à une sensibilité de 0,53 et une spécificité de 0,77.

Bienfaits du fluor

L’efficacité des mesures préventives a été évaluée dans 15 essais (2 de bonne qualité et le reste de qualité moyenne). Le nombre total de participants s’élevait à 9 541, l’âge moyen variant de 1 à 5 ans. Quatorze d’entre eux ciblaient des enfants à haut risque de caries dentaires. Parmi eux, 5, dont un randomisé, a comparé l’impact d’une supplémentation alimentaire en fluor, vs une non supplémentation, en cas de taux inférieur à 0,6 ppm. Il en ressort que l’apport de fluor entraîne une diminution nette de l’incidence des caries, le pourcentage de réduction allant de 48 à 72 % sur les dents primaires et entre 51 et 88 % pour les surfaces dentaires. A noter qu’il n’y a pas eu d’études dans les zones géographiques où la fluorisation de l’eau de boisson était considérée comme satisfaisante.

L’USPSTF n’a pu retrouver que des preuves limitées sur l’intérêt des mesures d’éducation en prophylaxie dentaire, une seule étude à faible échantillon (n= 104) ayant démontré que de telles pratiques étaient associées à une moindre incidence des caries chez le jeune enfant.

Le danger, sous supplémentation, d’une fluorose sévère est peu fréquent. Elle se traduit par un trouble de la coloration et un aspect rugueux de la surface de l’émail. Sa prévalence est estimée à moins de 2 %. Elle est liée au mécanisme propre de protection par le fluor, le fluorure systémique s’incorporant dans les structures dentaires durant leur formation, rendant la couche superficielle de l’émail plus résistante.

Au total, l’USPSTF conclut, avec un niveau de preuves modéré, qu’il existe un bénéfice net mesuré dans la prévention de futures caries dentaires grâce à une supplémentation, à dose adéquate, en fluor chez les enfants de 6 mois et plus, quand l’eau de boisson est pauvre en fluor (recommandation de type B). Avec le même niveau de preuves, l’USPSTF conclut également qu’il existe un bénéfice préventif net de l’application d’un vernis fluoré chez les enfants de moins de 5 ans, lors de l’émergence des dents de lait (recommandation B). Par contre, l’USPSTF n’a pu déterminer le bénéfice hypothétique d’un dépistage de routine par le médecin traitant (recommandation I).

Dr Pierre Margent

Référence
Chou R et coll. : Screening and Interventions to Prevent Dental Carries in Children Younger Than 5 Years. USPSTF Recommandation Statement. JAMA, 2021 ; publication avancée en ligne le 7 décembre.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.