Dépression et baby blues, la piste des hormones

Dépression et baby blues, la piste des hormones

Avec la médiation pressentie de la corticolibérine (nouveau nom français du CRH, corticotropin-releasing hormone[1]), la notion de « climat » hormonal constitue actuellement un candidat sérieux pour le poste de responsable des dépressions. Ces rapports entre troubles dépressifs et substrats biologiques sont particulièrement incriminés en matière de « baby blues », une symptomatologie dépressive commune dans le post-partum et dont les conséquences sont préoccupantes pour la mère et son enfant.

Portant sur une cohorte de 100 femmes enceintes, une étude californienne a exploré l’association présumée entre taux de corticolibérine placentaire et dépression du post-partum. Afin d’évaluer les taux de la corticolibérine placentaire, du cortisol et de l’ACTH, des dosages hormonaux ont été réalisés à cinq reprises : 15ème, 19ème, 25ème, 31ème et 37ème semaine de grossesse. Les troubles dépressifs éventuels ont été recherchés lors des quatre dernières consultations prénatales. Puis lors du post-partum, en recourant à un questionnaire standardisé (Edinburgh Postnatal Depression Scale)[  http://www.fresno.ucsf.edu/pediatrics/downloads/edinburghscale.pdf ]. Aucune association significative avec la dépression n’a été retrouvée pour le cortisol ni pour l’ACTH. En revanche, en montrant que des taux « significativement élevés » de corticolibérine placentaire (autour de la 25ème semaine de grossesse) sont associés à une dépression du post-partum, les analyses confirment l’implication de cette substance comme médiateur hormonal.

Les auteurs en concluent qu’à la « période critique » du milieu de la grossesse, le taux de corticolibérine placentaire constitue un marqueur biologique « sensible et spécifique » auquel on pourrait recourir, en vue d’un diagnostic plus précoce de la dépression post-puerpérale. Si d’autres recherches confirment ces résultats, ils présenteront un intérêt certain pour identifier et traiter des femmes susceptibles d’être concernées par le « baby blues ».

[1] anciennement CRF (corticotropin releasing factor).

Dr Alain Cohen

Référence
Ilona S. Yim & col. : Risk of postpartum depressive symptoms with elevated Corticotropin-Releasing Hormone in human pregnancy . Arch Gen Psychiatry 2009 ; 66 (02) :162-169.,

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.