Depuis dix ans, l’obésité progresse en France

Si une étude menée en France, entre 1980 et 1991, ne montrait qu’une augmentation modeste de la prévalence de l’obésité chez l’adulte, avec une prévalence stable, d’environ 6,4 %, légèrement plus élevée chez les femmes, cette stabilité n’était plus retrouvée par 4 enquêtes (enquêtes Obepi), conduites en 1997, 2000, 2003 et 2006 par des équipes de l’INSERM et par le Pr A Basdevant, auprès de 20 000 foyers français représentatifs de la population nationale, chez des sujets âgés de 18 ans et plus. Il s’agissait pour les participants volontaires, de mesurer leur poids, leur taille et leur  tour de taille. L’obésité a été définie, selon les critères de l’OMS, par un indice de masse corporelle (IMC) dépassant 30.

Les résultats montrent une augmentation de la prévalence de l’obésité chez l’adulte entre 1997 et 2006, passant de 8,6 % (IC à 95 % 8,2-8,8) en 1997 à 13,1 % (12,7-13,5) en 2006.

Parallèlement à l’accroissement de la prévalence de l’obésité, le tour de hanche moyen a augmenté, passant de 91,2 cm (91,0-91,4) en 1997 à 93,8 (93,5-91,4) en 2006 chez les hommes et respectivement de 79,7 (79,5-79,9) à  84,2 (83,1-84,5) chez les femmes.

Si la prévalence de l’obésité était semblable chez les hommes et chez les femmes entre 1997 et 2003, et a augmenté entre 1997 et 2003 dans les deux sexes, elle a, entre 2003 et 2006 continué sa progression ascendante chez les femmes, de 11,9 à 13,6 %, tandis que, chez les hommes, l’accroissement de la prévalence de l’obésité, de 12 à 12,5 %, était plus modeste.

Entre 1997 et 2006, la prévalence de l’obésité a ainsi augmenté dans presque toutes les classes d’âge, chez les hommes et chez les femmes, la prévalence du surpoids restant stable dans la plupart des tranches d’âge.

L’accroissement de la prévalence de l’obésité a été observé même dans les foyers à hauts revenus mensuels, avec une augmentation de 7,6 % en 1997 à 11,4 % en 2006, pour les revenus par habitant les plus élevés.

Toutes les régions étaient concernées, l’augmentation de la prévalence de l’obésité la plus faible étant relevée à Paris (7 % en 1997, 12,1 % en 2006), la plus forte au nord de la France : 13,7 % en 1997, 19,1 % en 2006.

Les enquêtes Obepi 1997-2006  ont été menées à grande échelle, dans un échantillon représentatif des foyers de France, en se fondant sur les données de poids, de taille et de tour de taille auto rapportées par les sujets, non sur celles mesurées par un examinateur. Elles mettent en évidence une accélération la prévalence de l’obésité dans les années 1990, qui a mené au Programme National Nutrition Santé en 2001, et peut-être une tendance au ralentissement de cette augmentation, au moins chez les hommes depuis 2003, mais une progression de l’obésité sévère, et de l’obésité abdominale (à risque cardiovasculaire).

À confirmer par la prochaine enquête Obepi, en 2009.

Dr Claudine Goldgewicht

Référence
Charles A et coll. Monitoring the obesity epidemic in France : the Obepi Surveys 1997-2008. Obesity, Publication avancée en ligne, 29 mai 2008.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.