Des anti-psychotiques pour les déments « jeunes »

Les syndromes démentiels décompensent parfois sous la forme de troubles comportementaux productifs, avec hallucinations, délire et agitation. L’utilisation des anti-psychotiques dans cette indication a fait l’objet d’une étude dans laquelle ont été inclus 147 patients ayant une démence et des troubles du comportement. Les patients étaient âgés de 72,7 ans en moyenne (+/-10,7) et le MMS moyen était de 11,8 (+/-9,8).  La démence était en rapport avec une maladie d’Alzheimer ou mixte dans 43,6 % des cas, une démence frontotemporale (27,9 %), une démence à corps de Lewy (11,6 %) et une démence vasculaire (8,1 %). La prescription d’antipsychotiques lors de l’hospitalisation ne différait pas en fonction du diagnostic. Elle était, en revanche, significativement plus importante chez les personnes de moins de 65 ans comparativement aux plus âgés : 38,1 % versus 10 % (p=0,0001). Selon les auteurs, cette étude soulève la question du mécanisme étiopathogénique de ces formes de démence avec manifestations psychotiques survenant chez des sujets jeunes et des variations d’efficacité des antipsychotiques selon l’âge.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Lebert F et coll. : Utilisation des anti-psychotiques chez « les malades jeunes ». 10e réunion Francophone sur la maladie d’Alzheimer et syndromes apparentés (Nantes) 20-22 Octobre 2009.

Copyright © Len medical

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article