Des dioxines au diabète

Plusieurs études ayant associé expositions aux dioxines, à faibles doses, et risque de diabète (dont certaines qui ont mis en évidence une forte relation dose-réponse), des auteurs japonais ont cherché à préciser la relation entre exposition environnementale et diabète prévalent en population générale.

Ils ont mené, au Japon, de 2002 à 2006, une étude transversale auprès de 1 374 habitants, âgés de 15 à 73 ans, non exposés professionnellement aux dioxines, et résidant dans différentes régions de 25 préfectures du pays depuis 10 ans au moins. Sur les 50 sujets environ par préfecture, participant à l’étude, près de 20 vivaient en zone urbaine, près de 15 dans des villages à vocation agricole et près de 15 dans des villages de pêcheurs.

Les équivalents toxiques de 7 polychlorodibenzo-p-dioxines (PCCD), de 10 polychlorodibenzo-furanes (PCDF) et de 12 polyclorobiphényles (PCB) apparentés aux dioxines, ainsi que nombre de paramètre biochimiques, dont la glycémie à jeun, le taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c) et les lipides sanguins, ont été déterminés.

Les réponses à un questionnaire ont permis de détailler les antécédents médicaux, les maladies en cours d'évolution et les traitements suivis, ainsi que le mode de vie, les habitudes tabagiques, les historiques résidentiels et professionnels.

L’étude a pris en compte de multiples facteurs confondants potentiels et effectué des ajustements notamment sur l’âge, l’indice de masse corporelle (IMC), la créatininémie, la cholestérolémie totale et la triglycéridémie.

La population d’étude comptait 627 hommes (45,6 %) et 747 femmes (54,4 %), dont les médianes d’IMC étaient respectivement de 23,4 (21,6-25,7) et de 21,6 (20,0-23,9). 
Les moyennes et les médianes (figurant entre parenthèses) d’équivalents toxiques (TEQ) étaient de 8,62 (7,39) pg TEQ/g de lipides pour les PCDD, de 5,33 (4,50) pg TEQ/g de lipides pour les PCDF, de 10,15 (7,60) pg TEQ/g de lipides pour les PCB dioxine-like, et de 24,08 (20,00) pgTEQ/g de lipides pour les dioxines totales.

Le diagnostic de diabète a été porté chez 65 sujets, 44 hommes et 21 femmes (4,7 % des sujets d’étude). L’analyse met en évidence une association entre taux d’HbA1c et équivalents toxiques cumulés pour la somme PCDD + PCDF, pour les PCB apparentés aux dioxines et pour les dioxines totales.

Les odds ratios (OR) pour la comparaison du 3e quartile et du 4e quartile (le plus élevé), de PCB apparentés aux dioxines, aux quartiles les plus faibles (1er + 2e quartiles), étaient respectivement de 3,07 (IC à 95 % 1,16-8,81) et de 6,82 (IC à 95 % 2,59-20,1).
L’OR pour les dioxines totales, et celui pour le 4e quartile de la somme PCDD +PCDF, mais non celui pour le 3e quartile de cette somme, étaient significativement accrus en comparaison des quartiles les plus faibles. Ces associations entre dioxines et diabète persistaient après exclusion des sujets ayant des fonctions rénales ou hépatiques médiocres.

Les résultats de cette étude, menée auprès d’une population représentative de la population générale du Japon, mais limitée par son type transversal, ne permettant pas de conclure à une relation causale, plaident cependant pour un lien entre exposition aux dioxines, notamment aux PCB apparentés aux dioxines, et diabète, sans permettre de préciser la prévalence du diabète selon qu’il est de type 1ou 2. Ils appellent confirmation par des études prospectives.

Dr Claudine Goldgewicht

Référence
Uemura H et coll. : Associations of environmental exposure to dioxins with prevalent diabetes among general inhabitants in Japan. Environ Res 2008. Publication en ligne le 22 juillet 2008.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.