Des donneurs de sang et… de virus ?

Les représentants de la famille des herpès virus humain [HHV] à savoir les herpes simplex virus 1 et 2 [HSV-1, HSV-2], le virus de la varicelle et du zona [VZV], le virus d’Epstein-Barr [EBV], le cytomégalovirus [CMV], ainsi que les HHV-6, HHV-7 et HHV-8 sont des agents viraux d’un genre particulier. En effet, ces virus, pourvus d’une double chaîne d’ADN ont une certaine propension à sommeiller dans les cellules de l’hôte après la primo-infection.

C’est le cas des HSV qui peuvent persister à l’état latent pendant longtemps, tout en se manifestant sporadiquement par des poussées symptomatiques, qui peuvent retentir notablement sur la qualité de vie, a fortiori chez les malades atteints d’une infection par le VIH. Les donneurs de sang contaminés à long terme peuvent d’ailleurs transmettre leur maladie et induire une primo-infection, notamment en cas de dépression immunitaire sous-jacente. Soulignons à cet égard que l’ampleur du phénomène peut être précisé grâce à la polymerase chain reaction (PCR) qui permet, depuis peu, la détection et la quantification des huit HHV précédemment évoqués.

Une étude réalisée au Texas a inclus cent donneurs de sang chez lesquels les huit HHV connus ont été systématiquement recherchés au moyen de cette technique d’amplification de l’agent viral. HSV-1 et HSV-2, VZV et HHV-8 n’ont été détectés chez aucun donneur de sang. En revanche, l’EBV (72 %) et le HHV-7 (65 %) ont été couramment mis en évidence, plus que le HHV-6 (30 %), et encore plus que le CMV (1 %). La charge virale médiane (par ml de sang) au sein des échantillons infectés a été comprise entre 4 278 pour le HHV-6 et 46 pour l’EBV.

Le risque de transmission par la transfusion est potentiellement élevé pour certains HHV, notamment l’EBV et le HHV-7, alors que les donneurs de sang incriminés sont en bonne santé apparente. Il est plus modéré avec le HHV-6 et léger avec le CMV. Il est, en outre, très rare pour les virus HSV-1, HSV-2, VZV et HHV-8. L’amplitude du risque doit être rapportée à ses justes proportions, à la lecture des résultats de cette étude.

Dr Peter Stratford

Référence
Hudnall D et coll. : Herpes virus prevalence and viral load in healthy blood donors by quantitative real-time polymerase chain reaction. Transfusion 2008 ; 48 : 1180-7.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.