Des probiotiques pendant la grossesse, une piste pour prévenir l’autisme ?

Plusieurs études ont montré que l’augmentation des réactions inflammatoires chez la mère (révélée notamment par le niveau élevé de cytokines pro-inflammatoires comme les interleukines IL-6 et IL-17a) est associée à un risque accru de troubles du spectre autistique (TSA) chez l’enfant. Par ailleurs, d’autres travaux suggèrent que des probiotiques[1] (donnés par voie orale) peuvent « inhiber la production de cytokines pro-inflammatoires. » En rapprochant ces deux constats, il était tentant de rechercher si l’administration de probiotiques per os à la mère durant la grossesse peut constituer un facteur de protection contre l’élévation du risque de TSA chez l’enfant.

Ne pouvant pas réaliser directement cet essai thérapeutique dans l’espèce humaine (pour d’évidentes raisons éthiques et méthodologiques), une équipe de Guangzhou (ex-Canton, en Chine) a effectué l’équivalent d’un tel essai chez des souris, en comparant l’évolution de souriceaux nés de mères ayant ou n’ayant pas reçu l’administration d’une substance avec une activité probiotique. Les auteurs ont recherché si ce traitement permet de prévenir l’apparition de troubles analogues aux TSA humains (ASD-like behaviors), en particulier grâce à des tests (comme le Three-Chambered Social Test)[2] évaluant le niveau de « socialisation » des rongeurs.

Conformément à l’hypothèse motivant cette étude, les chercheurs constatent que les probiotiques oraux contribuent à « empêcher les comportements analogues aux TSA induits chez la progéniture par l’augmentation préalable de l’activation immunitaire maternelle. » En parallèle, la prise de ces probiotiques oraux tend à « entraver l’élévation des taux d’interleukines IL-6 et IL-17a, à la fois dans le sérum maternel et dans le sérum fœtal, ainsi que la perte ultérieure de neurones et la baisse des niveaux d’acide γ-aminobutyrique[3] dans le cortex préfrontal de la progéniture. »

En admettant le caractère transposable de ce modèle animal chez les humains, ces travaux suggèrent que l’administration de probiotiques par voie orale pendant la grossesse pourrait donc constituer une piste diététique pour prévenir l’accroissement du risque de TSA lié à l’activation immunitaire maternelle.

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Probiotique
[2] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4904775/
[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_CE-aminobutyrique

Dr Alain Cohen

Référence
Wang X et coll.: Oral probiotic administration during pregnancy prevents autism-related behaviors in offspring induced by maternal immune activation via anti-inflammation in mice. Autism Research 2019: 12: 576–588.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article