Des « produits naturels » pour maigrir en toute bonne foi ?

Le souci de perdre du poids peut conduire à d’autres excès et notamment à la consommation de produits amincissants qualifiés de « naturels », mention destinée bien sûr à rassurer les utilisateurs (trices), bien que, très souvent, la quantité exacte et le degré de pureté des ingrédients d’origine végétale qu’ils contiennent ne soient pas précisés. De surcroît, les patient(e)s ne signalent même pas à leur médecin ce qu’elles ont absorbé puisqu’il s’agit de quelque chose de naturel et donc réputé inoffensif…Un présupposé qui peut conduire à des incidents dommageables comme l’illustre une observation exemplaire rapportée par des  auteurs napolitains.

Une jeune fille de 22 ans, obèse (indice de masse corporelle 32) consulte pour un ictère et une symptomatologie douloureuse. Malgré un interrogatoire soigneux, elle ne déclare aucune prise médicamenteuse sinon du paracétamol pour une dysménorrhée. Son tableau clinique se compose d’un ictère, de prurit, d’une douleur épigastrique, d’une fébricule, de vomissements avec urines foncées et décoloration des selles. L’examen retrouve une douleur provoquée de l’hypochondre droit,
cependant que les épreuves fonctionnelles sont toutes perturbées (bilirubine, phosphatases alcalines, γGT, transaminases). Les sérologies (hépatites, HIV, cytomégalovirus, etc.) sont négatives, de même que la recherche des anticorps anti-nucléaires, le dosage de l’α-fœtoprotéine, etc.
 
L’échographie montre une micro-lithiase vésiculaire et la résonance magnétique nucléaire (cholangio-IRM) une dilatation de la voie biliaire principale (VBP), qui paraît interrompue. En conséquence, après une courte antibiothérapie, une sphinctérotomie endoscopique est réalisée qui permet l’évacuation de sable biliaire.

Il en résulte une amélioration biologique modérée (baisse discrète des transaminases).

Une cholécystectomie sous cœlioscopie convertie secondairement devant l’aspect inflammatoire et hémorragique de la vésicule, lithiasique, est pratiquée et un drainage à la Volcker (trans-ampullaire) est laissé dans la VBP. Les suites sont marquées par une chute puis une ré-ascension des enzymes hépatiques  et de la bilirubine, malgré le drainage biliaire.

 C’est alors que les proches de la patiente signalent qu’elle a suivi une phytothérapie et apportent le flacon des produits utilisés, acheté « pour maigrir » dans une herboristerie. Il contenait du Lycopodium serratum (Jin Bu Huan) et de la chélidoine, tous deux connus pour leur hépato-toxicité. Un mois après l’arrêt de ce « traitement », les troubles se sont amendés.

De quoi remettre en question, l’innocuité des « médecines douces ». 

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Tarantino G et coll. : Drug-induced liver injury due to « natural products » used for weight loss: a case report. World J Gastroenterol., 2009;15: 2414-2417.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.