Des « strands » accolés à une prothèse valvulaire mécanique, ce n’est pas si anodin

Les « strands » sont des structures filamentaires appendues le plus souvent à la face auriculaire des prothèses mitrales et ventriculaires des prothèses aortiques : ces structures sont fréquemment retrouvées sur les échographies transœphagienne (ETO) effectuée pour contrôler une prothèse valvulaire (6 à 69 % des cas).  S’il a été montré que la présence de tels filaments autour d’une valve native signifiait une augmentation du risque thromboembolique, leur pathogénicité en cas de prothèse mécanique restait inconnue.

Les auteurs ont étudié par ETO, 283 patients porteurs de 389 prothèses valvulaires gauches. Ils ont considéré comme « strand » toute masse filamenteuse fine (<1mm d’épaisseur) et très mobile. Des strands ont été retrouvés chez 49 % des patients (et 38 % des valves).  Leur présence a été significativement associée au  risque de présenter un accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique et au statut anticoagulant. Le risque d’AVC était notamment favorisé par un INR<2,5.

Des strands sont donc détectés assez fréquemment au cours d’une ETO pratiquée pour surveiller une prothèse valvulaire aortique et les résultats de cette étude plaident pour une surveillance étroite de ces patients et de leur anticoagulation afin de limiter le risque d’AVC. La question de la nature des strands reste cependant ouverte, sont-ils des marqueurs du risque d’embolie ou bien sont-ils eux-mêmes à l’origine de ce surrisque ?

Dr Benoît Tyl

Références
Kiavar M et coll. : Are Prosthetic Heart Valve Fibrin Strands Negligible? The Associations and Significance. J Am Soc Echocardiogr 2009;22:890-4
Orsinelli DA. : Prosthetic Valve Strands: Clinically Significant or Irrelevant to Management? J Am Soc Echocardiogr 2009 ;22 : 895-898.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.