Dis-moi où est ton mélanome et je te dirai comment tu t'exposes

Des registres de cancers sont depuis longtemps ouverts dans les pays nordiques et à partir du registre suédois concernant le mélanome, des épidémiologistes ont étudié le site de la tumeur, l'âge et le sexe de tous les patients enregistrés entre 1960 et 2004. Il s'agit donc d'informations qui portent sur 46 337 mélanomes diagnostiqués chez 44 623 patients. Le nombre de mélanomes par localisation a été établi et pour les mélanomes d’un même site a été considérée la distribution par âge et par période du calendrier où le diagnostic a été posé.

On constate ainsi en comparant 2 périodes 1960-1964 et 2000-2004, une augmentation très nette et importante des mélanomes des membres inférieurs, du tronc et des membres supérieurs aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Cette augmentation, observée sur ces 3 localisations, n'était pas retrouvée au niveau du visage où le nombre de mélanomes a crû de façon beaucoup moins nette. Il est apparu également que les mélanomes du tronc et des membres inférieurs étaient plus fréquents chez des patients de moins de 70 ans alors que les lésions de l'extrémité céphalique étaient plus fréquentes après 70 ans et plus.

Si l'on admet que les mélanomes du visage sont le plus souvent liés à des expositions solaires chroniques (mélanome de Dubreuilh), que ceux du tronc sont en rapport avec des expositions intermittentes et que les mélanomes des membres découlent d'expositions mixtes, on en déduit que l’augmentations de fréquence des mélanomes du tronc est à imputer à des modes d'expositions solaires en rapport avec des facteurs socio-économiques comme la généralisation des voyages dans des zones à fort ensoleillement ou l'utilisation accrue des UV en cabine.

Dr Patrice Plantin

Référence
Dal H et coll. : “Does relative melanoma distribution by body site 1960 - 2004 reflect changes in intermittent exposure and intentional tanning in the Swedish population?” Eur J Dermatol 2007 ; 17 : 428-34

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.