Discours préparatoires avant l’annonce de la réforme des systèmes de santé

Paris, le jeudi 13 septembre 2018 - Enfin, une date. Après différents atermoiements, le gouvernement a précisé que la réforme des systèmes de santé serait présentée le 18 septembre prochain. C’est le Président de la République qui dévoilera les différents axes de cette réforme très attendue par des professionnels de santé qui à l’hôpital comme en ville sont souvent exsangues et inquiets. La réforme a été préparée en amont par plusieurs groupes de travail, concentrés sur cinq chantiers : la qualité et la pertinence des soins, le financement des hôpitaux, la formation et la qualité de vie au travail des professionnels de santé, le virage numérique et l’organisation territoriale des soins.

Des moyens supplémentaires assurés

Au-delà de ces orientations et de la constatation partagée par le gouvernement et les professionnels que les désordres constatés aux urgences sont le principal symptôme de la crise dont souffre la médecine de proximité, les incertitudes sont nombreuses. Les déclarations du ministre de la Santé, hier sur France 2, manifestement destinées à rassurer l’ensemble des acteurs concernés n’ont pas été parfaitement éclairantes. Une partie du discours semblait en effet prometteur d’une refonte d’une large ampleur. « Nous allons réorganiser la médecine de proximité et soulager quelque part l'hôpital qui souffre de certains dysfonctionnements », a ainsi promis Agnès Buzyn. Pour cela, des « moyens supplémentaires » seront évidemment engagés, le gouvernement étant parfaitement conscient qu’on « ne peut pas réforme sans moyens » a reconnu Agnès Buzyn.

Pas de changement du jour au lendemain

Pourtant, le ministre veut déjà mettre en garde : la réforme n’équivaut pas à un coup de baguette magique. Elle ne résoudra « pas tout du jour au lendemain » et nécessitera « plusieurs années pour se mettre en œuvre » a déjà averti le ministre de la Santé. Concernant par ailleurs la question des moyens, outre des financements supplémentaires, Agnès Buzyn a évoqué de moins engageants « redéploiements » et des « efforts particuliers sur certains secteurs ». Autant d’éléments qui relèvent de manœuvres préparatoires mais qui ne permettent pour l’heure nullement de déterminer si la réforme saura répondre aux attentes très fortes des praticiens. Réponse : le 18 septembre.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article