DMLA néovasculaire et diabète : une liaison dangereuse

Certains centres participant à l’European Eye Study (étude EUREYE), menée en population générale et visant à analyser les facteurs de risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), se sont particulièrement penchés sur les relations éventuelles entre diabète et DMLA.

La population évaluée, âgée de plus de 65 ans, comptait 2 182 sujets atteints de DMLA précoce (drusens ou altérations pigmentaires), 49 de DMLA tardive avec atrophie géographique, 101 de DMLA tardive avec néovaisseaux, et 2 117 sujets indemnes de DMLA pris comme témoins.

L’analyse met en évidence une prévalence globale du diabète auto-rapporté au cours d’interviews, de 13,1 %, cette prévalence atteignant 19,3 % chez les sujets atteints de DMLA néovasculaire.

Cette association significative entre diabète auto-rapporté et DMLA néovasculaire persistait après ajustements sur l’âge, le sexe, le tabagisme, le niveau d’instruction, la consommation d’alcool, l’indice de masse corporelle, les antécédents auto-rapportés de maladie cardiovasculaire, la prise régulière d’aspirine, la pression artérielle systolique, les taux de vitamine C et de lutéine.

Chez les sujets ayant une DMLA néovasculaire la probabilité de diabète était 1,81 fois plus élevée que chez ceux indemnes de DMLA (OR = 1,81 ; IC à 95 % 1,10-2,98 ; p = 0,02).

En revanche, ni la DMLA précoce ni la DMLA tardive avec atrophie géographique ne sont apparues associées au diabète auto-rapporté, ce qui suggère , selon les auteurs l’intervention de mécanismes pathogéniques différents entre les différentes formes de DMLA tardives. 

Dr Julie Perrot

Référence
Topouzis F et coll. : Association of self-reported diabetes with age-related degeneration in the EUREYE Study. Br J Ophthalmol., Publication avancée en ligne, le 7 mai 2009.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.