Dossier pharmaceutique : un beau succès !

Paris le jeudi 9 juillet 2015- Le dossier pharmaceutique (DP) dont la mise en place a été confiée à l’Ordre des pharmaciens a pour objectif d’améliorer la coordination, la sécurité, la continuité et la qualité des soins. Pour rappel, le DP a été généralisé à l’ensemble des officines françaises à partir de décembre 2008 et les pharmaciens exerçant dans une pharmacie à usage intérieur d’un établissement de sante peuvent y accéder depuis octobre 2012 (dans les mêmes conditions que les officinaux). Quel déploiement du DP ces dernières années ? Qu’en pensent les pharmaciens ? Quels projets ? Le rapport d’activités 2014 sur le dossier pharmaceutique (DP) de l’Ordre national des pharmaciens apporte des éléments de réponse.

Une croissance rapide

Le déploiement du DP dans les officines a connu une croissance rapide grâce à la mobilisation de tous les pharmaciens et à l’intégration du DP à leurs logiciels métier. Au 31 décembre 2014, 22 300 pharmacies sont raccordées (officines, pharmacies minières et mutualistes) soit 99,2 % sur l’ensemble de la France. Au 31 mars 2015, 259 établissements de santé ont signé une convention d’accès au DP et 190 sont raccordés et l’utilisent régulièrement.

Par ailleurs, au 31 mars 2015, plus de la moitié de la population française dispose d’un DP (51 %). Comme le souligne l’Ordre, c’est aux deux extrémités de la pyramide des âges que l’on retrouve la plus forte proportion de DP créés (46 % des nourrissons ont un DP ouvert à leur nom avant un an) ou de DP existants (72 % pour les plus de 75 ans).

Quelle activité ? Quel coût ?

En termes d’activité, le DP en officine est de très loin le service le plus utilisé en Europe. Le nombre de dossiers actifs (consultés ou alimentés au cours de l’année) a franchi le cap des 30 millions pour atteindre 30 239 000, soit 89,6 % de dossiers actifs et, chaque jour, plus d’un million d’informations sont partagées par affichage sur les postes de travail entre pharmaciens. Au total, 332 millions d’informations ont été échangées entre pharmaciens au cours de l’année 2014. Ce qui représente environ 630 partages d’informations par minute, 24h/24 ! Le coût d’acheminement sécurisé et tracé est de 34 centimes par message. Quant aux coûts annuels des DP existants  et actifs, ils sont respectivement de  8,5 centimes et 9,5 centimes par an et par DP. 

Quels bénéfices en pratique pour le pharmacien ? 

Lors de l’enquête de satisfaction annuelle menée par l’Ordre des pharmaciens en 2014, les réponses aux questions posées à un panel de 800 officines ont permis d’obtenir une vision de l’utilité du DP telle qu'elle est perçue par les pharmaciens : près de 9 pharmaciens sur 10 (89,8 %) considèrent que le DP est utile dans leur pratique quotidienne (+ 10 points en 2 ans). Plus de 6 pharmaciens sur 10 (63 %) considèrent que cet outil s’intègre bien à la pratique de l’équipe et la note moyenne attribuée au DP est de 3,9/5. Pour la détection de risques d’interactions médicamenteuses, les anti thrombotiques sont le plus souvent cités (40 %). Pour la détection des risques de surdosage, la classe de médicaments qui arrive en tête est celle des analgésiques (51 % des répondants). Enfin, pour la détection des risques de redondance : c’est la classe des psycholeptiques est le plus souvent rapportée (72,6 %). D’autres évaluations indépendantes sont en cours et permettront d’affiner ces résultats : l’étude DOPI-OFFI (Apport du dossier pharmaceutique sur les Interventions pharmaceutiques en pharmacies d’officine) et l’étude IPADAM (Intervention pharmaceutiques. A propos du dossier pharmaceutique et de l’automédication).

De nombreux projets

L’Ordre travaille actuellement à un couplage des données de dispensation des vaccins à l’officine avec le calendrier vaccinal afin de mieux conseiller les patients et d’améliorer ainsi la couverture vaccinale. Les services rendus pour sécuriser l’ensemble de la chaîne du médicament continuent à se développer. Le service DP-Ruptures de diffusion d’information sur les ruptures d’approvisionnement est entré en phase de déploiement national et un service DP-Contrefaçon est à l’étude. Enfin, l’Ordre a également proposé des services innovants aux ARS retenues dans le programme Investissements d’Avenir "Territoire de Soins Numérique ". Nombre d’avancées concrètes encore en perspective…

Isabelle Birden

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • C'est un beau succès...

    Le 09 juillet 2015

    ... qu'il faut désormais médiatiser. Face aux attaques indignes des supermarchés, de la loi Macron qui se plaisait à faire passer les pharmaciens pour des rentiers archaïques, la profession, sans autre soutien que sa propre détermination, a su bâtir un outil d'une efficacité indéniable. La sécurité, par les pharmaciens, et pour les patients. Le progrès, ce n'est pas une simple logistique marchande du médicament, mais bien une dispensation sécurisée et adaptée. Les pharmaciens sont plus que jamais gardiens des poisons, c'est notre job, notre raison d'être. Vive le DP, désormais modèle mondial !

    Fabrice Veyre

  • Il faut absolument médiatiser!

    Le 09 juillet 2015

    Le respect de votre profession est à ce prix.
    A mon avis c'est la façon de vous positionner face aux grandes surfaces.
    Pourrions-nous avoir un petit article dans le JIM qui nous explique ce qu'est le DP pharmaceutique et comment en faire la promotion auprès de nos patients ?
    Si on pouvait avoir le même pour les grossesses....
    Accessoirement je pleure en pensant aux sommes dépensées pour le DPC entièrement perdues...

    E latour-de Mareuil, sage-femme (Paris)

  • DP et DPC

    Le 11 juillet 2015

    Je partage entièrement l'avis de Mme Latour.
    Le JIM devrait faire un article mettant en parallèle la genèse du DP et du DPC, ce serait instructif non seulement pour les fonctionnaires de la santé mais aussi pour nos patients, et à médiatiser aussi bien sûr !

    Dr F.Chassaing

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article