Douleur chronique : apport de la TEP-FDG-IRM dans le bilan étiologique ?

La tomographie par émission de positons (TEP) réalisée après injection de fluorodéoxyglucose (FDG) peut être couplée à la tomodensitométrie (TDM), mais aussi à l’IRM. Cette dernière est plus précise que la TDM en termes de résolution spatiale notamment. La FDG-TEP-IRM semble performante dans le bilan étiologique de la douleur chronique qui est toujours complexe et souvent décevant. C’est ce suggèrent les résultats d’une étude transversale dans laquelle ont été inclus 64 patients atteints de ce syndrome. Une captation accrue du FDG a été mise en évidence au niveau des tissus nerveux ou musculaires potentiellement impliqués dans le tableau douloureux chez 57 des 64 patients. Le niveau d’activité focale s’est avéré être 2 à 4 fois plus élevé que le niveau du bruit de fond au niveau de ces foyers qui pouvaient siéger ailleurs qu’au niveau du siège de la douleur. Ces résultats ont conduit à envisager des examens complémentaires invasifs dans 36 cas et à changer de stratégie thérapeutique plus d’une fois sur deux (63 %). Cette petite étude en appelle d’autres pour confirmer la place éventuelle de la FDG-TEP-IRM dans le bilan des douleurs chroniques qui sont le plus souvent, mais pas toujours neurogènes. 

Dr Philippe Tellier

Référence
Cipriano P et coll. : 18F-FDG PET/MRI of Patients with Chronic Pain Alters Management. Meeting annuel de la Radiological Society of North America (Chicago) : 1-5 décembre 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article