Doutes sur le degré de protection offert par les vaccins HPV contre les lésions du col de haut grade

Le lien de causalité entre le cancer du col utérin et le virus HPV est à présent bien reconnu. Il existe plus de 100 types d’HPV et une quinzaine d’entre eux sont à haut risque oncogène, avec une distribution qui varie selon les régions du monde. Cependant, partout, les types 16 et 18 sont les plus fréquemment détectés parmi les lésions cancéreuses du col de l’utérus. Les deux vaccins prophylactiques développés récemment offrent une protection contre les infections avec les types de HPV à très haut risque de cancer. Le vaccin bivalent Cervarix (GSK) cible les types HPV 16 et 18 et le vaccin quadrivalent Gardasil (Merck) protège contre les types 16, 18, 6 et 11. Certaines études ont calculé l’impact que pourrait avoir une généralisation de la vaccination contre l’HPV et estimé à environ 70 % la diminution de fréquence des lésions de haut grade et des cancers du col utérin.

Mais une étude récente effectuée en Espagne jette un doute sur le degré de protection offert par ces vaccins HPV. Il s’agit d’une étude prospective qui évalue la prévalence des différents types d’HPV dans les lésions de haut grade du col utérin (cervical intraepithelial neoplasia CIN2+).

Cinq cent dix-neuf femmes présentant des frottis anormaux ont été incluses dans cette étude : 65,5 % étaient HPV positives et 24 % présentaient plus d’un type d’HPV. Deux cent six femmes avaient des lésions de haut grade, confirmées par la biopsie : 42,7 % des CIN2+ présentaient les types 16 et 18 (inclus dans les vaccins), mais seulement 28,2 % étaient infectés exclusivement par l’HPV 16 et 18. La prévalence d’autres types d’HPV que 16 et 18 était de 55,8 % dans les CIN2+, significativement plus élevée que celle des HPV 16 et 18 (p= 0,047).

Il est important d’informer les patientes que d’autres types d’HPV que ceux inclus dans les vaccins (16 et 18) sont susceptibles de provoquer le cancer du col et que la continuation du dépistage est indispensable à la prévention.

Dr Violena Polena

Référence
González-Bosquet E et coll. : Identification of vaccine human papillomavirus genotypes in squamous intraepithelial lesions (CIN2–3). Gynecol Oncol., 2008 ; 111 : 9–12

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article