Du rififi à la Ligue contre le cancer

Paris, le mercredi 19 décembre 2018 – Le Canard enchaîné révèle dans ses colonnes une affaire qui pourrait bien fragiliser la Ligue contre le cancer, ainsi que sa direction.

Le 26 octobre dernier, neuf comités départementaux de l'association ont porté plainte contre sa présidente, Jacqueline Godet, et l’un de ses directeurs scientifiques, Aurélien de Reyniès. 

La ligue déjà épinglée par la Cour des comptes

L’objet de cette plainte concerne un programme de recherche lancé en 2003, financée à hauteur de 30 millions d’euros, ayant pour objectif de créer une base de données présentée comme une « carte d’identité des tumeurs », qui devait permettre de « mettre au point des thérapies ciblées et affiner les traitements ».

Or, en 2015, la Cour des comptes avait noté que le projet ne faisait « pas l’objet d'évaluations scientifiques internes et externes régulières » et le document évoquait même des « évaluations très épisodiques » et s'interrogeait sur l'existence de « conflits d'intérêts ».

Selon le palmipède, la plainte déposée devant le pôle financier du tribunal de grande instance de Paris fait état d’une « gabegie financière » et de « dissimulation délibérée de l'absence d'intérêt ». Pire, selon les plaignants, la direction de la Ligue aurait fait croire, à tort selon eux, à la réussite de ces travaux.

Pour sa défense, la présidente de la Ligue contre le cancer Jacqueline Godet assure avoir « pris en compte les remarques de la Cour et nommé un jury international » qui a rendu un rapport favorable. Mais, sur ce point, les accusateurs pointent l’influence, selon eux néfaste, d’Aurélien de Reyniès qui aurait fait pression pour que soit corrigée une première version beaucoup moins indulgente, au motif qu’elle faisait « courir des risques pour la continuation du programme »…

Une facture de 15 000 euros qui ne passe pas

Le 1er février dernier déjà, toujours à la demande de ces neuf comités entrés en dissidence, un huissier aurait saisi 2 000 pièces informatiques au siège de la Ligue contre le cancer et pris connaissance d'une facture de 15 000 euros au bénéfice de monsieur de Reyniès en tant que consultant pour Integreagen, une société de biotechnologies à laquelle la Ligue alloue environ 600 000 euros. « Cela a été visé en amont par notre avocat, qui n’y a vu aucun conflit d’intérêts » insiste Jacqueline Godet auprès d’Isabelle Barrè qui a réalisé cette enquête pour l’hebdomadaire satirique.

Faits avérés ou inquiétudes infondées, c’est désormais à la justice de trancher.

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • La ligue n'en fait qu'à sa guise

    Le 23 décembre 2018

    Félicitations pour le titre de l'article.
    Allusion historique qui fera sourire un "happy few".
    Espérons que l'affaire ne se terminera pas comme à Blois, justement un 23 décembre, jour de parution de cet article

    Dr Michel Clément, 29270 CARHAIX

  • Souvenir de l'ARC

    Le 23 décembre 2018

    Je suis ou plutôt j'étais un donateur régulier de la Ligue version val d'Oise. Le comportement de certains de ses dirigeants me rappelle désagréablement celui de MM. Crozemarie et Schwarzenberg à l'Association de Recherche contre le Cancer, où la recherche principale était celle du "meilleur" moyen de détourner les financements.
    Décidément, le cancer fait vivre plus de gens qu'il n'en tue…

    Dr Jean-Fred Warlin

  • Bis repetita?

    Le 23 décembre 2018

    Hélas, un air de déjà vu soufflerai à nouveau sur la ligue contre le cancer. Extrêmement regrettable!

    Dr Astrid Wilk

Réagir à cet article