Effet protecteur inégal du finastéride contre le cancer de la vessie

Le cancer de la vessie (KV) est moins fréquent chez les Noirs que chez les Blancs, mais son pronostic est plus sombre pour les premiers, ce qui peut s’expliquer en partie par une consultation plus tardive.

Plusieurs études ont démontré une association entre la signalisation des récepteurs aux androgènes et le développement du KV. On en a déduit et démontré que les anti-androgènes (AA) tels que les inhibiteurs de la 5-α réductase, c’est-à-dire le finastéride (FST) et le dutastéride, proposés comme traitement médical des symptômes liés à l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), mais aussi d’autres AA réduisent l’incidence et les récidives du KV. Un essai de Morales et al. en 2016 avait montré une réduction conséquente Hazard Ratio = 0,63) de l’incidence des KV dans une étude prospective mais la trop grande proportion d’hommes blancs ou jaunes a conduit les auteurs américains à vérifier l’universalité de ces conclusions.

Ils ont repris les dossiers des HBP traitées par FST dans leur centre entre 2000 et 2016 et ont ensuite recherché les diagnostics de KV posés chez ces patients (en excluant évidemment les KV antérieurs au traitement).

Les Noirs ne semblent pas concernés

La cohorte comportait 5 698 HBP traitées par FST, ce traitement étant beaucoup plus utilisé en 2016 qu’en 2000. Les malades sous FST avaient un âge moyen de 70 vs 66 ans pour ceux qui n’en avaient pas reçu. Le délai entre la pose du diagnostic d’HBP et celui de KV a été plus long d’un an dans le groupe FST (6 vs 5 ans) que dans le groupe témoin (NFST). Il y avait davantage de Blancs et d’Hispaniques (30 et 18 %) dans le 1er que dans le second (27 et 14 %) groupe. En revanche, il y avait la même proportion de fumeurs et de Noirs dans les deux groupes.

La survenue d’un KV a été constatée chez 3,1 % des Blancs et 1,5 % des Hispaniques du groupe NFST vs seulement 2,1 et 0,8 % des patients sous FST. Chez les Noirs, les taux sont très voisins dans les 2 groupes (1,7 vs 1,5 %), soit quand même deux fois moins que chez les Blancs. Ainsi, le FST semble protéger les Blancs et les Hispaniques contre l’apparition d’un KV et être sans effet de ce point de vue chez les Noirs. De plus, pour les malades pour lesquels on a pu disposer de l’anatomopathologie, la prise de FST a été associée à des tumeurs moins invasives (pas d’atteinte de la musculeuse) et de grade moins élevé.

Ainsi, le rôle protecteur du finastéride contre le cancer de vessie ne semble-t-il pas concerner la population afro-américaine.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Zhu D et coll. : Finasteride use and risk of bladder cancer in a multiethnic population. J Urol., 2021;206:15-21.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.