Effets positifs d'un inhibiteur sélectif de la phosphodiestérase-4 dans le traitement des BPCO

Les BPCO dont la bronchite chronique obstructive est le chef de file sont à la fois fréquentes et graves. Elles constituent, de fait, une source majeure de mortalité et de morbidité dans la plupart des pays industrialisés. Les médicaments utilisés dans leur traitement de fond sont à visée symptomatique, qu'il s'agisse des inhibiteurs non sélectifs des phosphodiestérases, tels la théophylline ou encore des autres bronchodilatateurs. Leur efficacité reste modeste, de sorte qu'il y a une large place pour les innovations thérapeutiques. La phosphodiestérase de type 4 (PDE 4) est l'enzyme principale du métabolisme de l'AMP cyclique au sein de nombreuses cellules, impliquées dans l'inflammation ou l'immunité, mais aussi dans les cellules musculaires lisses. Elle joue aussi un rôle essentiel dans la modulation de la neurotransmission respiratoire non adrénergique et non cholinergique. Compte tenu de l'importance de l'AMP cyclique dans la régulation du tonus du muscle lisse bronchique et de la réponse inflammatoire des voies aériennes, l'inhibition sélective de la PDE 4 semble répondre à la pathogénie de nombreuses pathologies respiratoires.

Le cilomilast est un inhibiteur sélectif de la PDE 4 et, à ce titre, ce produit, actif par voie orale, pourrait rendre les plus grands services dans les BPCO .

C'est ce que suggère une étude randomisée multicentrique européenne dans laquelle ont été inclus 424 malades atteints d'une BPCO confirmée (VEMS, 46,8 % des valeurs théoriques ; VEMS/CV : 54, 6 % ; réversibilité après salbutamol : 5,4 %). Ces sujets provenant de 60 centres européens ont été répartis dans 4 groupes et traités pendant 6 semaines: placebo (n=106) ou cilomilast 10 mg (n= 109), 20 mg (n=102), 30 mg (n=107). L'objectif était en effet d'étudier l'efficacité et l'acceptabilité du médicament, mais aussi de préciser la relation dose-effet.

Le cilomilast à raison de 30 mg/ jour (en deux prises) augmente significativement le VEMS, comparativement au placebo à la 6ème semaine (p<0,0001). Il en est d'ailleurs de même pour la CV et le rapport VEMS/CV (respectivement, p=0,001 et p<0,0001). En revanche, la qualité de vie n'est pas modifiée par le médicament et la fréquence des évènements indésirables est comparable dans les 4 groupes.

Cet inhibiteur de la PDE 4 (30 mg/j) semble donc donner des résultats intéressants dans le traitement de fond des BPCO, mais d'autres études cliniques sont à l'évidence nécessaire pour préciser son potentiel thérapeutique.

Dr Peter Stratford (Londres)


Compton CH et coll. : "Cilomilast, a selective phosphodiesterase-4 inhibitor for treatment of patients with chronic obstructive pulmonary disease: a randomised, dose-ranging study." Lancet 2001; 358: 265-270. © Copyright Jim Online 2001.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article