En Espagne les travailleurs en première ligne moins contaminés que les autres !

Madrid, le jeudi 21 mai 2020 – Le ministère de la santé espagnol et l’Institut de santé Carlos III ont mené une vaste étude séro-épidémiologique longitudinale (dont la France pourrait être jalouse !), dont l’objectif était d'estimer la prévalence de l'infection par le SRAS-Cov2 en Espagne et d'évaluer son évolution.

Le premier volet de cette enquête a été réalisé du 27 avril au 11 mai et a inclus 60 983 sujets représentatifs de la population espagnole.  

5 % de séropositifs…beaucoup moins chez les enfants

Au total, la prévalence estimée des anticorps IgG contre le SRAS-Cov-2 dans le Royaume est de 5,0 % et est comparable chez les hommes (5,0 %) et les femmes (5,1 %).

En fonction de l'âge, la prévalence est plus faible chez les nourrissons, les enfants et les jeunes adultes et reste relativement homogène dans les groupes plus âgés.

Ainsi, 1,1 % des moins de 1 an sont séropositifs pour le SARS-CoV-2, 2,2 % des 1-4 ans et 3 % des 5-9 ans. La tranche d’âge la plus contaminée est celle des 70-74 ans (6,9 % de séropositifs).

Sans surprise, la proportion de séro-positifs est plus élevée chez les habitants des grandes villes (>100 000 habitants) : 6,4 %.

On note également que 87 % des participants qui ont déclaré avoir eu une recherche du virus par PCR positive présentaient des anticorps IgG.

Dans les cas suspects non confirmés par PCR, la prévalence augmente avec le nombre de symptômes déclarés et est particulièrement élevée chez ceux qui déclarent une anosmie (43 %).

A l’autre bout du spectre, 2,5 % des participants qui n'ont déclaré aucun symptôme ont présenté des anticorps IgG.

Les travailleurs de « première ligne » pas plus contaminés !

Un autre résultat très surprenant attire l’attention. Les investigateurs ont divisé les actifs en deux groupes : les « travailleurs essentiels », qui n’ont pas été confinés et les « travailleurs non essentiels » qui ont été confinés.

De façon contre intuitive, il apparait que 5,3 % des travailleurs essentiels sont séropositifs, contre 6,3 % des travailleurs non essentiels, peut-être grâce aux dispositifs de protection mis à la disposition des premiers.

Ces nouvelles données, difficiles à interpréter, nécessitent à l’évidence de nouvelles investigations pour pouvoir en tirer des conclusions fiables.

On attend les résultats d’une étude similaire de même ampleur en France.

F.H.

Référence
Estudio nacional de sero–epidemiologia de la infeccion por SARS-COV-2 en Espana. Informe preliminar 13 de mayo de 2020. Instituto de Salud Carlos III. 13 mai 2020

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Et les décès ?

    Le 21 mai 2020

    Si vous n'ajoutez pas les décès à chacune des tranches vous n'avez pas la réalité du risque.
    Les travailleurs de première ligne ont une prévalence inférieure peut-être parce qu'ils avaient des protections mais peut-être aussi parce qu'ils sont plus morts.
    Vous n'appréhendez pas l'infection rate si vous n'incluez que l'issue séropositivité. Il y a une autre issue : la mort.

    Dr Didier Marc Poisson

  • Dans la vraie vie

    Le 21 mai 2020

    Tout le monde sait qu'un confinement à l'aveugle, sans discernement des sujets sains, des porteurs sains mais contagieux et des sujets malades, est un excellent moyen pour favoriser la dissémination de l'infection au sein des lieux de confinement.

    Ce choix ne fait baisser que la contamination qui vient de l'extérieur et si l'isolement est strict. C'est la raison pour laquelle l'étude de Banholzer, Weernen, Kratzwald,...etc dit que ce cher confinement ne ferait baisser que de 3% le nombre de nouveaux cas. D'ailleurs on trouve le même chiffre de -3% sur le site de l'OMS (métaanalyse) pour une autre maladie virale, la grippe, qui partage beaucoup avec le coronavirus.

    Par ailleurs, quand on prend la dernière étude publiée dans Nature sur la charge virale de l’atmosphère, extérieur, intérieur, on voit qu'il est préférable d'être dehors...et de plus avec des moyens de protections pour des travailleurs, probablement.

    Enfin, la Suède qui n'a pas confiné et mis à l'amende sa population pour un non confinement (1 million de PV en France!) a de meilleurs résultats en terme de mortalité (12% vs 15% en France) (cf worldometers).

    Dr Christian Trape

  • Sur le plan clinique...

    Le 21 mai 2020

    ...Passionnant. Mais combien, par cohorte de séropositifs, sont asymptomatiques et combien atteints de la maladie avec ou sans recours à l’hospitalisation/réanimation au sortir de la période d’incubation ?

    Dr Christophe Pternitis

Réagir à cet article