Encore trop de Français non immunisés contre la rougeole, les oreillons et la rubéole !

La séroprévalence reflète la fréquence et la précocité de l’exposition à un agent infectieux dans la population et, quand une  vaccination est disponible, elle contribue à mesurer l’impact de cette vaccination.

Après une 1ère enquête en 1998, qui avait montré chez les enfants et adolescents français une immunité insuffisante vis-à-vis de la rougeole, des oreillons et de la rubéole, ne permettant pas l’interruption de la circulation de ces trois virus, et après une évolution du calendrier vaccinal en 2005, une nouvelle évaluation a été effectuée grâce  à deux enquêtes en France métropolitaine, concernant 1 617 enfants de 1 à 6 ans inclus en 2008-2009 dans 76 hôpitaux (Saturn-Inf) et 5 300 sujets de 6 à 49 ans inclus en 2009-2010 dans 124 laboratoires d’analyse médicale (Séro-Inf).

La séronégativité était plus fréquente, à tout âge, vis-à-vis des oreillons que vis-à-vis de la rougeole et de la rubéole : les proportions de sujets réceptifs vis-à-vis de la rougeole, des oreillons et de la rubéole étaient respectivement de 10 %, 15 % et 11 % parmi les enfants de 1 à 6 ans, de 8 %, 14 % et 8 % chez les sujets de 6-29 ans et de 1 %, 6 % et 5 % chez ceux âgés de 30-49 ans.

L’enquête montre une moindre immunité des générations nées entre 1980 et 1990 comparativement à celle des générations nées avant 1980 : ces dernières ont été soumises, dès l’enfance, à l’intense circulation des virus à l‘ère pré-vaccinale, alors que celles nés à l’ère vaccinale ont été soumises à une moindre exposition aux virus, tout en étant insuffisamment vaccinées.

Cette proportion élevée de sujets réceptifs chez les moins de 30 ans, supérieure au seuil de 5 % fixé par l’Organisation mondiale de la santé comme une des conditions pour l’élimination de la rougeole, a permis la survenue de l’épidémie actuelle de rougeole en 2009. Les autorités sanitaires ont recommandé, en mars 2011, un rattrapage vaccinal de la 2e dose de vaccin trivalent pour les sujets nés après 1980.

Dr Muriel Macé

Référence
Lepoutre A et coll. Séroprévalence des maladies à prévention vaccinale et de cinq autres maladies infectieuses en France. Résultats de deux enquêtes nationales 2008-2010. Bull Epidémiol Hebd. 2013 ; 41-42 :526-34.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article