Endocardite infectieuse : les patients antérieurement sous statines ont un meilleur pronostic

En 2011, une étude rétrospective d’Anavekar et coll.  (Mayo Clin Proc 2011; 86: 1068-1074) menée chez 283 patients qui avaient une endocardite infectieuse, montrait qu’une prise de statines antérieure à l’événement infectieux était associée à une diminution conséquente des événements emboliques, et ce, sans que l’on observe une réduction du risque de décès, possiblement en raison de la petite taille de l’échantillon et de la durée relativement courte du suivi.

Ces premiers résultats, somme toute encourageants, ont poussé Yang TF. et coll. à tenter de déterminer si un traitement par statines institué avant la survenue d’une endocardite infectieuse pouvait améliorer le pronostic de l’affection.

L’étude rétrospective, observationnelle, a été conduite à Taïwan à partir des données des cas d’endocardite infectieuse survenus entre janvier 2000 et  décembre 2010, recueillies par la compagnie d’assurance  nationale, la Taiwan’s National Health Insurance.

Parmi les 13 584 patients hospitalisés pour endocardite infectieuse, 370 étaient antérieurement sous statines et 13 214 ne l’étaient pas. Ces 370 utilisateurs de statines ont été appariés dans un rapport  1:4 à 1 480 qui n’avaient pas reçu de statines.

Critère principal : la mortalité hospitalière. Critère secondaire : la mortalité totale au cours des 3, 6 et 12 mois suivant le diagnostic de l’endocardite infectieuse.

Comparés aux patients qui n’étaient pas sous statines, les utilisateurs de statines (depuis ≥ 30 jours avant le diagnostic d’endocardite infectieuse) couraient un risque significativement moindre de décès pendant l’hospitalisation (hazard ratio [HR] ajusté = 0,65 ; intervalle de confiance à 95% [IC95]  de 0,49 à 0,86).

Sous statines, la diminution de la mortalité liée à l’endocardite infectieuse est restée significative tout au long du suivi à savoir, à 3 mois (HR ajusté = 0,68 ; IC95 de 0,53 à 0,88),à 6 mois (HR ajusté = 0,73 ; IC95 de 0,58 à 0,91) et à 12 mois (HR ajusté = 0,68 ; IC95 de 0,55 à 0,84).

Le traitement par statines s’est trouvé significativement associé à une réduction du risque d’admission en réanimation, de l’incidence des manifestations de choc, du besoin de recourir à une ventilation mécanique. Cependant, il n’était pas significativement associé avec la nécessité d’un remplacement valvulaire chirurgical.

En conclusion, cette étude montre que chez les patients ayant une endocardite infectieuse, un traitement antérieur par statines réduit la mortalité hospitalière et la mortalité ultérieure pendant au moins un an. Cette action bénéfique des statines pourrait être la conséquence de certains de leurs effets pléiotropiques démontrés à savoir, effets anti-inflammatoires, anti-thrombotiques et  immunomodulateurs.

Dr Robert Haïat

Référence
Yang TF et coll. : Effect of Statin Therapy on Mortality in Patients With Infective Endocarditis. Am J Cardiol 2014 ; 114 : 94-99.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article