Eviter le plus possible les opioïdes postopératoires chez l’enfant

Dans le cadre d'un projet d'amélioration de la qualité des soins postopératoires visant à réduire la prescription d'opioïdes chez l’enfant, une étude a inclus entre avril 2018 et novembre 2018 des patients de moins de 18 ans ayant bénéficié d’une cure de hernie ombilicale ou épigastrique, d’une appendicectomie par voie laparoscopique, d’une réparation de hernie inguinale et/ou d’une hydrocélectomie, d’une adénoïdectomie, d’une circoncision, d’un embrochage percutané pour fracture du coude, d’une incision scrotale pour orchidopexie. Leur entourage a été doté de cahiers pour consigner l’utilisation d’analgésiques après l’intervention et a été interrogé de 7 à 21 jours après celle-ci.

Une analgésie « non-opioïde » dans 90 % des cas

Parmi 675 enfants éligibles pour l’étude (73 % de garçons, âge médian de 4 ans), 404 familles ont répondu (60 %). La plupart des enfants ont reçu une prescription d’acétaminophène (88 % ; n = 348 sur 397) et/ou d’ibuprofène (78 % ; n = 313 sur 397) pendant une période médiane de 3 jours. Soixante-dix-huit enfants avaient eu une prescription d’opioïdes qui ont été utilisés pendant une période médiane de 2 jours ; 70 (90 %) ont pris moins que la dose prescrite, moins de la moitié (n = 29 ; 37 %) ou aucune (n = 24 ; 31 %). Un nombre médian d’opioïdes de 10 doses avait été prescrit à la sortie de l'hôpital chez 88 enfants (22 %).

Près de 90 % des enfants n’ont pas eu de prescription d’opioïdes ou bien n’ont pas eu recours aux opioïdes après la cure d’une hernie ombilicale ou épigastrique (30 sur 31 répondants), une appendicectomie (57 sur 59 répondants), la cure de hernie inguinale ou hydrocélectomie (74 sur 84 répondants) et une adénoïdectomie (76 sur 81 répondants).

Dans l'ensemble, le contrôle de la douleur a été jugé bon (329 sur 403 répondants ; 82 %), adéquat (56 sur 403 répondants ; 14 %) ou mauvais (18 sur 403 répondants ; 4 %). Toutefois, l'absence de prescription d'opioïdes à la sortie de l’hôpital n’a pas été associée à un mauvais contrôle de la douleur.

Les opioïdes semblent inutiles dans certaines indications

Bien que monocentrique, cette étude semble indiquer que chez l’enfant, il n’est nullement utile de prescrire des opioïdes dans la période postopératoire d’une herniorraphie ombilicale ou épigastrique, d’une appendicectomie, une herniorraphie inguinale ou d’une cure d’hydrocèle, d’une adénoïdectomie avec analgésie adéquate, lorsque l’analgésie est de bonne qualité avec des analgésiques non opioïdes. Les opioïdes ont été plus souvent utilisés au décours des circoncision, fracture du coude et orchidopexie, mais chez seulement un tiers de ces patients et seulement pendant une durée inférieure à trois jours

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Harbaugh CM, Vargas G, Streur CS, Li GY, Thatcher AL, Waljee JF, Gadepalli SK. Eliminating Unnecessary Opioid Exposure After Common Children's Surgeries. JAMA Surg., 2019 ; publication avancée en ligne le 4 septembre. doi: 10.1001/jamasurg.2019.2529.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article