Exercice physique précoce et apport protéique élevé pour une meilleure récupération en USC

Au cours des pathologies graves, la faiblesse musculaire a un impact significatif sur les pronostics à court et à long terme des patients. Des études ont établi une relation claire entre le nombre de défaillances d'organes et la perte musculaire au cours des 10 premiers jours d’hospitalisation en unités de soins critiques (USC), ainsi qu’une relation alarmante entre la réduction de la masse musculaire à l'admission et la mortalité. Il semble que l'intégration optimale d’un apport protéique adéquat et de l'exercice physique chez les patients en état critique puisse avoir un impact sur les pronostics à court et à long terme, mais cette hypothèse n'a pas été testée dans des études avec une bonne méthodologie.

D’où l’intérêt de cet essai prospectif randomisé et contrôlé qui s’est proposé d’évaluer l'efficacité d'un apport protéique élevé de 2,0 à 2,2 g/kg/jour et d'un exercice physique précoce par rapport à un apport protéique recommandé de 1,4 à 1,5 g/kg/jour et à une kinésithérapie de routine, sur le pronostic des patients en état critique. Une version résumée du score de composante physique (PCS) de l'échelle d’évaluation de la qualité de vie SF-36 a été utilisée comme mesure principale des résultats après 3 et 6 mois de randomisation. Les critères d'évaluation secondaires comprenaient la mesure de la perte de force musculaire liée au séjour en USC sur la force de préhension à la sortie de l’unité, la durée de la ventilation mécanique, la durée du séjour en USC et la mortalité en USC, ainsi qu’à l'hôpital.

Tous les patients sous ventilation mécanique devaient séjourner en USC pendant au moins 4 jours pour être éligibles après randomisation. Ont été exclus les femmes enceintes et les patients moribonds, sous ventilation pendant plus de 96 h avant l'inclusion, incapables de marcher sans assistance avant l’hospitalisation, avec déficience cognitive grave avant l'hospitalisation, avec maladies neuromusculaires qui compromettraient le sevrage de la ventilation, avec fracture pelvienne aiguë, traumatisme rachidien instable, ou pathologie hépatique grave. Enfin, certains patients n’ont pu être inclus dans le programme d'exercices de résistance en raison de facteurs limitatifs temporaires : curarisation, fortes doses d’inotropes, ventilation mécanique avec une FiO2 ≥ 60 % et/ou une PEEP ≥ 12 cm H2O, hypertension intracrânienne, abdomen ouvert et état épileptique non contrôlé.

Un meilleur taux de survie

Cent quatre-vingt-un patients ont été inclus : 87 dans le groupe exercice et alimentation hyperprotéinée (HPE) et 94 dans le groupe témoin. Les patients du groupe HPE ont été soumis à deux séances quotidiennes de 15 minutes de vélo ergométrique ; la résistance du vélo ergométrique a été augmentée progressivement au cours de la première semaine. Ces séances ont commencé immédiatement après la randomisation et se sont poursuivies jusqu'à la sortie de l'hôpital, le décès ou 21 jours de séjour dans l'étude (selon l’éventualité première). Dans le groupe témoin, les patients ont été soumis au protocole de physiothérapie de l'USC qui comprenait des mouvements passifs et actifs au moins deux fois par jour.

La calorimétrie indirecte a déterminé la dépense énergétique et a guidé l'apport calorique des patients randomisés dans le groupe HPE et dans le groupe témoin.

La quantité de protéines reçue par le groupe HPE a été significativement plus élevée que celle reçue par le groupe témoin (p < 0,0001). Le score PCS a été significativement plus élevé dans le groupe HPE à 3 mois (p = 0,01) et à 6 mois (p = 0,01) et le taux de mortalité a été plus élevé dans le groupe témoin. Il a été trouvé une association indépendante entre l'âge plus bas et le PCS à 3 mois et à 6 mois.

Cet essai prospectif randomisé et contrôlé, indique qu'un apport élevé en protéines et un entraînement physique améliorent la qualité de vie physique des patients en état critique malades, à 3 et 6 mois, réduisent le taux de mortalité et la diminution de la force musculaire (mesurée par la force des poignées). Résultats prometteurs qui doivent être néanmoins confirmés par d'autres essais contrôlés multicentriques et randomisés qui devront tenir compte des limites de cette étude, à savoir : le protocole nutritionnel n'a pas été réalisé en aveugle par le personnel, ce qui peut introduire un biais ; bien que la calorimétrie indirecte ait été utilisée chez tous les patients, seules quelques mesures ont été rapportées chez certains d'entre eux en raison des limitations inhérentes à la ventilation mécanique (FiO2 ou PEP élevée) ou au sevrage rapide de la ventilation ; il n'a pas été possible de mesurer la force de préhension de tous les patients. Enfin, les patients particulièrement instables ont été exclus de l’étude, par définition, or ce sont eux qui perdent rapidement leur force musculaire.  

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
De Azevedo, J.R.A., Lima, H.C.M., Frota, P.H.D.B. et coll. : High-protein intake and early exercise in adult intensive care patients: a prospective, randomized controlled trial to evaluate the impact on functional outcomes. BMC Anesthesiol 21, 283 (2021). 4

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.