Exercices à domicile dans la lombalgie chronique : les patients donnent leur avis

Lors d’une lombalgie chronique (LC), les programmes d’exercices conçus individuellement, avec renforcement et étirement, associés à une activité physique régulière, sont l’un des outils les plus efficaces pour réduire la douleur et améliorer la fonction. L’adhésion aux programmes d’exercices à domicile est comprise entre 50 et 70 %. Une mauvaise observance pouvant compromettre les résultats escomptés et causer la récurrence des symptômes, l’étude qualitative de C. Palazzo et coll. a cherché à identifier les facteurs pouvant nuire à l’adhésion au traitement.

Un échantillon hétérogène de 29 patients lombalgiques chroniques suivis à l’hôpital Cochin à Paris a été sélectionné. Tous devaient suivre un programme de 2 mois au moins d’exercices quotidiens à domicile, appris au cours de séances encadrées et réexpliqués dans une brochure didactique. Des entrevues effectués de juin à décembre 2013 ont permis de restituer : l’histoire de la maladie et le parcours de soins du patient, le vécu des exercices à domicile, les stratégies proposées par les patients pour en améliorer l’adhésion, les attentes concernant les nouvelles technologies. Agés de 54 ans en moyenne [24-85 ans], les sujets avaient un panel varié de situations médicales, d’activité professionnelle et de pratique d’activité physique.

De multiples obstacles à contourner

Divers obstacles ont ainsi été recensés : ceux liés au programme d’exercices (nombre trop élevés, exercices algiques, trop compliqués ou trop répétitifs et ennuyeux ), ceux liés à l’autonomie (sentiment d’abandon, manque de suivi au cours de l’évolution, difficultés d’accès aux thérapeutes), ceux liés aux représentations des patients (perception de la maladie comme irréversible, peur du mouvement, manque de motivation et dépression) et ceux liés à des facteurs environnementaux (absence de soutien de l’entourage, manque de temps ou absence de lieu adapté).

Afin d’améliorer l’adhésion, les patients suggèrent : d’accroître l’attractivité des exercices (plus divers, adaptables et utilisables à divers lieux et moments de la journée, encadrés par une chanson/un jeu vidéo/un programme tévisuel dédié), d’améliorer les performances (avec un modèle ou un feedback permettant de se corriger tel qu’un exergame (jeu d’entraînement) avec des effets sonores indiquant les erreurs, avec un support à distance des thérapeutes, avec des accès à des sessions de sport adapté, et avec un partage facilité des expériences inter-patients).

Concernant les nouvelles technologies, elles seraient appropriées, toujours selon les patients, pour : un rappel des exercices (si ce n’est pas de manière anonyme), un échange sur la pratique et les expériences (forums encadrés par des professionnels) ou comme outil pour améliorer les performances (films d’exercices, coach virtuel, feedback grâce à des exergames).

En somme, si les difficultés rencontrées sont sensiblement les mêmes que celles des autres traitements, une compétence et une évaluation des performances sont néanmoins requises ici. Une solution, citée par l’auteur, renvoie aux centres d’appels gérés par des physiothérapeutes anglais, fournissant conseils, évaluation et soins à domicile si nécessaire ; sachant que cette intervention est aussi efficace qu’une prise en charge classique. Ainsi, l’utilisation d’outils technologiques semble être attrayante, mais ne peut pas être isolée de la relation humaine.

Anne-Céline Rigaud

Référence
Palazzo C. and coll. : Barriers to home-based exercise program adherence with chronic low back pain : Patient expectations regarding new technologies. Ann. Rehabil. Med., 2016; 59 : 107-113.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article