Expérience d’utilisation dumycophénolate mofétyl

Le traitement de base des myopathies inflammatoires repose sur l’association de corticoïdes et d’immunosuppresseurs. Le cyclophosphamide est souvent proposé dans les formes sévères mais il est associé, comme dans toutes les maladies systémiques, à de nombreux effets secondaires parfois menaçants.

Ainsi, suivant la même démarche que dans le lupus par exemple, d’autres immunosuppresseurs sont en évaluation dans le contexte des myosites. Une série de 11 cas (10 avec dermatomyosite) dont 5 associant une atteinte interstitielle pulmonaire traités par mycophénolate mofétyl a été rapportée(2). Il s’agit d’une étude rétrospective ouverte avec un suivi allant jusqu’à 2 ans. Tous les patients recevaient également une corticothérapie (dose moyenne de départ 24 mg/j, réduite à 16 mg/ j à 1 an). Une faiblesse musculaire clinique était franche chez 8 patients dont 7/8 se sont améliorés à 6 mois et tous à 2 ans.

Tous les malades ont normalisé leur valeur de CPK. Les valeurs moyennes de DLCO et de capacité vitale forcée mesurées par tests spirométriques se sont améliorées de 13 % et 12 % à 6 mois et de 14 % et 13 % à 1 an.

Il faut noter 3 épisodes infectieux sévères, des troubles du sommeil et un carcinome dans les effets secondaires. Les résultats cliniques sont difficiles à évaluer dans ce travail ouvert et la tolérance ne semble pas parfaite, toutefois le mycophénolate pourrait être une alternative possible comme immunosuppresseur associé aux corticoïdes dans les myopathies inflammatoires.

Pr Yannick Allanore

Référence
Campbell R. et coll. : Effectiveness of Mycophenolate Mofetil (MMF) as secondary therapy for Idiopathic Inflammatory Myopathy (IIM) & Interstitial Lung Disease (ILD): case series of 11 patients. 73rd annual meeting of the American College of Rheumatology/44th annual meeting of the Association of Rheumatology Health Professionals (Philadelphie) : 17-21 Octobre 2009.

Copyright © Len medical, Rhumatologie pratique, décembre 2009

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article