Facebook et Youtube s’engagent contre la désinformation médicale

San Francisco, le mardi 9 juillet 2019 - Le réseau social américain Facebook a annoncé jeudi dernier dans un communiqué qu’il avait modifié son algorithme pour diminuer la visibilité des contenus diffusant des fausses informations sur la santé, notamment ceux promouvant des remèdes miracles. La plateforme de partage de vidéo Youtube a fait une annonce similaire.

Si vous avez un cancer, rien de tel que de boire une mixture à base d’Aloe vera ou un petit peu de bicarbonate de soude. C’est en tout cas le genre d’informations mensongères qu’on trouve régulièrement sur les pages Facebook. Pour lutter contre cette désinformation médicale, le réseau social californien a annoncé, dans un communiqué ce jeudi, qu’il avait pris des mesures visant à diminuer la portée des informations mensongères en matière de santé. Sont visés les contenus exagérés ou racoleurs, comme ceux promouvant un remède miracle et ceux qui visent à vendre des produits soi-disant pharmaceutiques, comme des pilules d’amaigrissement.

Facebook a suivi la même méthode que lorsqu’il a souhaité diminuer, en 2017, la portée des contenus dit clickbait, ces publications sans intérêt qui visent uniquement à obtenir le plus de clics possibles. L’algorithme reconnaît ainsi les types de phrases les plus fréquentes dans les contenus de désinformation médicale ce qui lui permet de les identifier et de diminuer leur référencement.

Ce communiqué de Facebook intervient après que deux grands journaux américains, le « Washington Post » et le « Wall Street Journal », ont publié une enquête sur la présence de ces messages de désinformation sur Internet. Ils ont notamment trouvé deux vidéos Youtube accumulant plusieurs millions de vues qui promeuvent des remèdes douteux (bicarbonate de soude et régime alimentaire alcalin) contre le cancer. La plate-forme vidéo de Google a d’ailleurs également annoncé, le même jour que Facebook, avoir lancé un programme de lutte contre ces contenus. Le « Washington Post » a d’ailleurs pu constater que les deux vidéos, si elles étaient toujours en ligne, étaient désormais reléguées parmi les derniers résultats.

En février dernier, plusieurs réseaux sociaux, dont Facebook, Youtube et Pinterest, s’étaient déjà engagés à lutter contre les fausses informations en matière de vaccination, en diminuant leur référencement, alors que la méfiance de la population envers les vaccins est malheureusement grandissante en Occident.  

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article