Gardez la banane, bon sang !

Paris, le samedi 30 novembre 2019 – Si quatre décennies se sont écoulées depuis les premières descriptions de cas de sida en Californie et à New York, la maladie continue d’alimenter les rumeurs.
L’une d’entre elles revient régulièrement sur les réseaux sociaux et s’est répandue de nouveau ces derniers jours : certains fruits seraient susceptibles de transmettre le VIH !

Une vidéo largement diffusée explique ainsi comment du sang contaminé par le virus du sida aurait été injecté dans des bananes afin de « tuer des millions de gens dans le monde » !

Pour se protéger il ne suffirait pas d’éviter les bananes, les oranges sanguines sont en effet, également, régulièrement désignées comme l’objet de cette odieuse machination.

Lors d’une précédente vague de fausses nouvelles au sujet des bananes, l’agence canadienne d’inspection des aliments avait même dû se fendre d’un message pour rassurer les populations : « diverses maladies des plantes peuvent rendre l'intérieur d'une banane rouge. Cette coloration a mené à de fausses allégations concernant la présence de sang dans les bananes. Nigrospora est une maladie fongique qui rend le centre de la banane rouge foncé (…). Le mokillo, la maladie de Moko et la maladie du sang du bananier sont des maladies bactériennes qui peuvent aussi causer une coloration rouge dans les bananes. Bien qu'elles soient peu alléchantes, ces maladies touchant les bananes ne posent aucun risque pour la santé humaine ».

Tenez-vous le pour dit : inutile d’affubler vos bananes de préservatifs !

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Banane fruit à consommer ou bien...

    Le 09 décembre 2019

    Bien sûr, là il s’agit à l’évidence de « fausses nouvelles » véhiculées majoritairement de nos jours par les réseaux sociaux.
    Mais qu’en est-il en revanche du risque d’ingurgiter régulièrement des bananes par rapport à l’utilisation (passée) du chlordécone ? Une consœur ayant travaillé aux Antilles m’ayant dit que ce risque demeurait (par persistance du produit dans les sols) j’ai entrepris une recherche mais sans rien trouvé de clair en ligne sur ce sujet, ni sur la banane antillaise ni sur les autres... et ancien bon consommateur (fruit énergétique notamment consommé aux cours de match de tennis ou dans une pause au travail) je m’abstiens donc maintenant !
    Je pense que des mesures ont sûrement été faites, mais que le lobby de cette culture de la banane est puissant et que certaines régions en dépendent sur le plan économique.

    Dr Bernard Dumas

Réagir à cet article