Génétique et psychiatrie

« Le psychiatre doit s’assurer que la clinique s’ancre solidement dans la génétique ». Cette conviction des auteurs donne le ton de leur article, représentatif des recherches actuelles sur les mécanismes génétiques probablement impliqués dans certaines affections psychiatriques (comme la schizophrénie et la cyclothymie). Mais ce thème est ardu, car il ne s’agit pas du schéma mendélien habituel. D’autres modèles s’imposent progressivement : mentionnons, par exemple, l’hérédité mitochondriale et le syndrome de l’X fragile.

Pour rendre compte de la complexité génétique de la psychose, un concept émerge, le parallèle « maladie commune – allèles rares » : il ne semble pas exister un « gène de la psychose » proprement dit, sous-jacent à ces pathologies ; mais divers allèles rares, à l’impact plus modeste sur le phénotype. D’une famille à l’autre, certains de ces allèles opèreraient ou non, avec une localisation variable sur différents gènes. Si les recherches en la matière se révèlent aussi difficiles, comparativement à la médecine somatique, c’est en grande partie en raison des insuffisances de notre nosographie, aux catégories incertaines ou imbriquées, réduites trop souvent à des considérations cliniques, et privées de confirmation para-clinique. On est tenté de résumer nos lacunes par cette boutade : la génétique ignore superbement le DSM-IV…

À titre de comparaison, on serait bien embarrassé de confirmer une participation de l’hérédité dans le diabète sucré ou l’HTA, en l’absence du taux de glycémie ou des chiffres de tension ! Néanmoins, les travaux récents en « psychiatrie génétique » sont très prometteurs : les auteurs rappellent ainsi la découverte, entre 2002 et 2006, de plusieurs gènes impliqués dans la schizophrénie et / ou les troubles bipolaires. Facteurs de risque pour ces maladies, ces gènes représentent aussi autant de néologismes actualisant le savoir médical : « dysbindine », « neuréguline », « activateur de la D-amino-acide-oxydase »...

Dr Alain Cohen

Référence
Craddock N et coll. : “Phenotypic and genetic complexity of psychosis.” Br J Psychiatry  2007 ; 190 : 200-203.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article