Hépatite E : un appel à la vigilance vétérinaire

Paris, le mercredi 12 septembre 2018 – Pendant longtemps, la prévalence de l’hépatite E, y compris dans les pays riches, a été largement sous-estimée. Depuis 2010, l’accès aux tests diagnostiques a été facilité, contribuant à des dépistages plus fréquents. Cette évolution a entraîné une très nette augmentation du nombre de diagnostics. Se basant sur les résultats du Centre national de référence (CNR) des virus hépatiques à transmission entérique, sur ceux de deux laboratoires centralisateurs privés et des données de l’Assurance maladie et du PMSI, des chercheurs de Santé publique France ont pu observer qu’entre 2002 et 2016, le nombre de personnes pour lesquelles des échantillons ont été envoyés pour réaliser un diagnostic d’hépatite E est passé de 209 à 76 000 ! Cette multiplication des investigations a conduit à des découvertes plus nombreuses avec 2292 cas recensés en 2016 contre 9 en 2002 ! Ces dépistages ont contribué à une amélioration de la prise en charge : 653 personnes étaient hospitalisées pour hépatite E en 2016, contre 57 quatorze ans plus tôt.

Attention aux figatelli !

L’étude signale que le profil type des cas autochtones, est celui d’un homme d’une cinquantaine d’années. Chez ce dernier, une contamination par la consommation de produits carnés crus ou insuffisamment cuits est fréquemment suspectée. Les experts de Santé Publique France citent à cet égard les résultats d’investigations ayant mis en évidence le fait que les prévalences du VHE dans les produits à base de foie de porc étaient de 5 % dans les foies séchés et de 30 % dans les figatelli (saucisses corses constituées de viande et de foie de porc). On retrouve parallèlement une plus forte prévalence de l’hépatite E chez les personnes déclarant consommer du porc, des saucisses de foie, du gibier et des abats.

Ces données conduisent les auteurs à recommander de mener une réflexion sur la mise en place de contrôle de la circulation du VHE dans les élevages porcins.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article