Homme de Neandertal : une pharmacopée pas si primitive

Grotte d’El Sidrón, Espagne, le samedi 11 mars 2017 - Des données génomiques récentes ont révélé la proximité d’habitudes de vie entre l’homme moderne et ceux de Neandertal, néanmoins, il existe actuellement peu de données concernant son alimentation ou ses maladies.

Des chercheurs de l'université d'Adélaïde en Australie décrivent dans une publication avancée en ligne par la revue Nature, le séquençage ADN de cinq spécimens de plaque dentaire calcifiée d’homme de Neandertal permettant de caractériser le microbiote buccal et par extension les habitudes alimentaires. 
Il est ainsi apparu dans l’un de ceux-ci, provenant de la grotte d’El Sidrón en Espagne, des traces de médication par des plantes médicinales…et pas n’importe lesquelles ! 

La denture de ce jeune adulte néandertalien révèle ainsi qu’il soignait un abcès dentaire et une affection par un parasite intestinal d’une part à l’aide de bourgeons de peuplier réputés pour contenir des concentrations élevées de salicine (métabolisée en acide salicylique par le foie) et d’autre part avec du Penicillium issue de moisissures herbeuses !

Ces travaux corroborent une étude parue en 2012 dans la revue Naturwissenschaften qui évoquait la possibilité que notre très lointain cousin (ou ancêtre) faisait usage de plantes médicinales comme la camomille ou d’achillée millefeuille. Ce travail s'appuyait également sur l'analyse du tartre dentaire de fossiles de Néandertaliens retrouvés à El Sidrón.

Frédéric Haroche

Référence
Weyrich L et coll : Neanderthal behaviour, diet, and disease inferred from ancient DNA in dental calculus. Nature. Publication avancée en ligne le 8 mars 2017doi: 10.1038/nature21674.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article