Identification d’agents infectieux sur LBA : parasitologie versus cytologie pathologique

Selon les résultats d’une étude menée par des équipes du CHU de Bicêtre, l’identification d’agents infectieux sur lavage bronchiolo-alvéolaire (LBA) apparaît plus performante en parasitologie qu’en anatomie et cytologie pathologique. Cette évaluation comparative, rétrospective, conduite sur une période de 4 mois, a porté sur 155 LBA, dont 104 ont été examinés simultanément dans les 2 laboratoires, les trois quarts des LBA provenant des services de médecine interne et de réanimation. Sur 36 LBA, le service de parasitologie a porté un diagnostic soit de mycose (infection à Candida, Aspergillus ou Penicillium dans 85 % des cas), soit de pneumocystose.

Ces diagnostics n’ont été portés que dans 4 cas dans le laboratoire d’anatomie et de cytologie pathologique (3 candidoses et 1 aspergillose) ; la sensibilité étant de 12,5 %, la spécificité de 95 %, et la valeur prédictive, positive et négative, respectivement de 57 et 63 %. Ces résultats traduisent la meilleure efficacité des techniques complémentaires par rapport au seul examen direct (les performances diagnostiques des deux laboratoires étaient comparables pour l’examen direct).

Dr Julie Perrot

Référence
Ghigna MR et coll. : Comparaison interlaboratoire (ACP/parasitologie) des performances diagnostiques du lavage bronchiolo-alvéolaire en pathologie infectieuse. Carrefour Pathologie (Paris) : 17-21 novembre 2008.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article