Identification d’un marqueur pronostique possible dans le cancer du pancréas

L’incidence de l’adénocarcinome du pancréas (KP) augmente et son pronostic reste gravissime (moins de 8 % de survies à 5 ans). Il serait donc particulièrement utile de disposer d’un marqueur qui pût prédire le pronostic et notamment la tendance à la dissémination métastatique après résection.

Or, qu’est-ce qu’une métastase, sinon une aberration de la migration cellulaire (MC) ? Celle-ci nécessite la protrusion de la membrane cellulaire dans des lamellipodes, extensions de cette membrane, faites de polymères d’actine. Le complexe Arp2/3 est un promoteur de la MC. Il est constitué de sept protéines dont deux sont apparentées à l’actine (Arp pour « Actin related protein ») ; son inhibition, empêchant la MC, a donc un impact considérable sur la survie des KP. Or, l’arpine est une protéine, découverte en 2013, qui inhibe le complexe Arp2/3.

Des auteurs de Shangaï ont étudié 214 malades opérés de KP avec résection complète et berges de résection saines ; 73 (groupe d’entraînement GE) en 2010-2011 puis 141 (groupe de validation GV) de 2012 à 2013. Ils ont de plus étudié un groupe de 43 patients présentant des métastases, authentifiées en peropératoire alors qu’elles étaient invisibles sur l’imagerie préopératoire. L’histologie de la tumeur primitive a été comparée à celle des métastases.

Le niveau d’expression de l’arpine apparaît corrélé à la survie spécifique et globale

Tous les survivants ont été suivis jusqu’en fin 2016. L’immuno-coloration et l’immunohistochimie ont permis de reconnaître les cellules tumorales au cytoplasme foncé, la coloration fournissant un score, considéré comme le score d’expression de l’arpine. A partir du tissu pancréatique, on a procédé à un transfert de protéines permettant de reconnaître les anticorps anti-arpine et anti-β actine et donc de quantifier le niveau de la protéine arpine.

Ainsi a-t-on démontré que le taux d’arpine était plus faible dans le tissu de KP que dans le pancréas normal, et ceci a été confirmé sur plus de 20 spécimens.

On a ensuite noté qu’il y avait une corrélation entre la faible expression de l’arpine (53 et 44 % dans le GE et le GV) et un pronostic particulièrement sévère chez les opérés. D’ailleurs, cette faible expression est apparue associée à l’envahissement microvasculaire, la dédifférenciation du KP et le stade TNM. Dans les 2 groupes GE et GV, les malades à faible taux d’arpine ont eu une survie globale et spécifique plus courtes que ceux à arpine élevée.

Un taux bas de l’expression d’arpine s’est même révélé être un facteur indépendant, tant pour la survie globale que spécifique, au décours du KP.

On a aussi pu démontrer que cette expression était abaissée dans les tissus métastatiques par rapport à ce qu’elle est dans la tumeur primitive.

Il semble donc que l’on puisse utiliser le taux d’arpine comme facteur prédictif dans la surveillance d’un cancer du pancréas après résection.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Zhang Shi-Rong et coll. : Arpin down regulation is associated with poor prognosis in pancreatic ductal carcinoma. Eur J Surg Oncol., 2019; 45:769-775.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article