IDM ST+ traité par PCI primaire : une FA de novo augmente le risque d’événements adverses et de décès à 3 ans

Une fibrillation atriale (FA) survient chez  6 % à 11 % des patients qui présentent un infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST (IDM ST+). Dans ce contexte, on sait que la survenue d’une FA avant, et même à l’ère des traitements thrombolytiques, s’est trouvée associée à une augmentation de la mortalité hospitalière et de la mortalité à plus long terme.

En contraste, on dispose de beaucoup moins de données sur la signification pronostique de la survenue d’une FA chez des patients dont l’IDM ST+ a été traité par procédure interventionnelle coronaire percutanée (PCI) primaire.

C’est ce qui a conduit AG. Rene et coll. à apprécier l’incidence de la survenue d’une FA de novo après une PCI primaire chez des patients qui présentaient un IDM ST+ et son impact, à 3 ans, en termes  d’événements ischémiques et hémorragiques. L’étude a été menée à partir des données de HORIZONS-AMI  (Harmonizing Outcomes With Revascularization and Stents in Acute Myocardial Infarction), essai international, multicentrique, randomisé qui avait comparé sur une grande échelle, différentes types de traitement anti-thrombotique et de stents chez des patients hospitalisés pour IDM ST+.

Au sein des 3 602 patients inclus dans HORIZONS-AMI, 3 281 (91,1 %) qui étaient en rythme sinusal à l’admission, avaient été traités par une PCI primaire ; 147 (4,5 %) d’entre eux ont développé une FA de novo (≥1 épisode après la PCI, enregistré sur l’ECG ou à la télémétrie lors de l’hospitalisation initiale).
Au terme de la 3e année, comparés aux patients qui n’avaient pas eu de FA dans les suites de la PCI, les autres ont présenté un taux significativement plus élevé d’événements cliniques adverses (46,5 % vs 25,7 % ; p < 0,0001), de décès (11,9 % vs 6,3 % ; p = 0,01), de récidives d’IDM (16,4 % vs 7,0 % ; p < 0,0001), d’accidents vasculaires cérébraux (5,8 % vs 1,5 % ; p < 0,0001) et de saignements majeurs (20,9 % vs 8,2 % ; p < 0,0001).

En analyse multivariée, la survenue d’une FA de novo après une PCI effectuée pour un IDM ST+ s’est avérée être un facteur prédictif indépendant de survenue à 3 ans, d’événements cliniques adverses pris dans leur totalité (hazard ratio [HR] = 1,74 ; intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 1,30 à 234 ; p = 0,0002) et d’événements cardiaques majeurs (HR = 1,73 ; IC95 de 1,27 à 2,36 ; p = 0,0005).
En conclusion, après une PCI  réalisée pour traiter un IDM ST+, la survenue d’une FA de novo est associée, à 3 ans, à un taux significativement élevé d’événements adverses et de décès.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article