Il ne faut pas compter sur une résistance génétique au cannabis !

Une étude britannique explore l’incidence présumée de la variabilité du gène codant pour la catéchol-méthyl-transférase (COMT)[1] sur la sensibilité psychiatrique au cannabis. Cette variabilité génétique relève du phénomène de polymorphisme d’un seul nucléotide (SNP, Single-Nucleotide Polymorphism) avec la substitution d’une méthionine à une valine au niveau du codon 158 (rs4680 Val158Met)[2].¨ Portant sur 2 630 sujets d’une même cohorte (naissance entre avril 1991 et décembre 1992), cette étude longitudinale recherche un lien possible entre l’existence et l’intensité d’une expérience psychotique à 16 ans et le génotype relatif à la COMT, en cas d’usage précoce du cannabis dès l’âge de 14 ans. Mais, contrairement à une croyance largement répandue attribuant à certains génotypes une meilleure résistance aux conséquences psychiatriques du cannabis, les auteurs n’observent aucune preuve d’un lien significatif entre un génotype particulier et le risque de développer ou non une expérience psychotique induite par le cannabis.

Leur conclusion est donc claire : le nécessaire « message de santé publique » sur l’aggravation drastique du risque de troubles psychotiques liés à l’utilisation croissante du cannabis « ne doit pas être tempéré » par l’idée fallacieuse que ce préjudice puisse être éventuellement réservé à certains sujets, porteurs malchanceux d’un « mauvais génotype ».

Dans l’état actuel des connaissances, la vulnérabilité psychiatrique au cannabis semble donc indépendante des variabilités génétiques individuelles, a priori impuissantes à contenir la dangerosité collective de cette drogue.

[1] Enzyme intervenant dans le catabolisme de certains neurotransmetteurs (catécholamines) : cf. http://en.wikipedia.org/wiki/Catechol-O-methyl_transferase
[2] http://en.wikipedia.org/wiki/Val158Met

Dr Alain Cohen

Références
Zammit S et coll. : Cannabis, COMT and psychotic experiences. Br J Psychiatry 2011 ; 199 : 380–385.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article