Il y a des lésions ischémiques silencieuses dans le cerveau des patients victimes du syndrome métabolique !

Le syndrome métabolique (SMét) est considéré comme un facteur de risque favorisant la survenue des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Ce fait a été établi par des études de cohorte prospectives et il semble même que l’association soit très étroite. En est-il de même pour les lésions cérébrales ischémiques silencieuses ? C’est à cette question que tente de répondre une étude transversale réalisée au Japon, dans laquelle ont été inclus 1 151 sujets adultes en bonne santé apparente.

Trois types de lésions cérébrales silencieuses ont été distingués au moyen de l’IRM encéphalique: infarctus cérébral, hypersignaux périventriculaires et anomalies de la substance blanche sous-corticale. Le SMét a été diagnostiqué selon les critères définis par le NCEP-ATP III (National Cholesterol Education Program-Adult Treatment Panel III).

Après ajustement en fonction de l’âge et les autres facteurs de confusion potentiels, le SMét a été significativement associé aux 3 types de lésions cérébrales évoqués. Parmi les composants de ce syndrome, c’est l’élévation de la pression artérielle qui a été la plus couramment associée à ces lésions cérébrales cliniquement silencieuses.

Les dyslipidémies et les troubles de la tolérance glucidique ont été surtout associés aux anomalies de la matière blanche sous-corticale et aux hypersignaux périventriculaires. Le nombre de composants du SMét a été en outre positivement associé à la prévalence des lésions cérébrales silencieuses, sans que le seuil de signification statistique soit pour autant atteint.

Dr Philippe Tellier

Référence
Hirokazu Bokura et coll. : Metabolic Syndrome Is Associated With Silent Ischemic Brain Lesions. Stroke 2008; 39: 1607-9.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.