Incendie de Notre-Dame : a-t-on voulu cacher un « scandale sanitaire » ?

Paris, le vendredi 5 juillet 2019 - Selon des « documents confidentiels » consultés par Mediapart, des taux de concentration au plomb « 400 à 700 fois » supérieurs aux seuils « autorisés » ont été relevés au sol, à l’intérieur et aux alentours de la cathédrale Notre-Dame au lendemain de l’incendie qui a partiellement endommagé le bâtiment le 15 avril.

Ni l’agence régionale de santé ni la préfecture de police de Paris n’ont communiqué ces résultats aux riverains s’étonne le journal dirigé par Edwy Plenel.

« Cette pollution est abyssale, il y aura des victimes », déclare aussi à Libération Annie Thébaud-Mony, chercheuse à l’Inserm et spécialiste de Santé publique. Cette pollution invisible « ne touche pas que les enfants et les femmes enceintes (…) sans parler des cancers qui vont se déclencher dans trente ans » affirme-t-elle.

Quoi qu’il en soit « bien que les autorités connaissent les risques, il a fallu attendre deux semaines après l’incendie, soit le 27 avril, pour que la préfecture de police et l’ARS invitent les habitants du quartier à nettoyer leurs habitations avec des lingettes humides et à consulter leur médecin si nécessaire » note Libération.

En outre, Médiapart révèle que le 6 mai, une réunion a été organisée avec les responsables du laboratoire central de la préfecture de police, de la mairie de Paris, du centre antipoison, de la caisse régionale d’Assurance maladie et de la direction du travail à l’issue de laquelle les participants auraient décidé de ne pas dévoiler les chiffres.

Suite à ces informations, trois associations, celle des Familles de victimes de saturnisme, Robin des Bois, et Henri-Pézerat, annoncent envisager de saisir la justice afin d’obtenir les résultats détaillés des prélèvements.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (5)

  • Les mots menteurs

    Le 05 juillet 2019

    « Scandale sanitaire » ?

    Quand va-t-on cesser de parler à tout bout de champs de scandale sanitaire, alors qu'il ne s'agit que des conséquences aiguës, logiques de l'accident récent par son contexte physique thermique. Et ce ne sera pas en tapant des mains, en répétant "scandale", que le plomb "vaporisé" et diffusé partout pourra être intégralement éliminé. C'est probablement une mission quasi impossible. A part de croire au miracle... Il vrai qu'il s'agit d'une cathédrale!

    Dr Christian Trape

  • Cancers dans 30 ans !

    Le 05 juillet 2019

    Mais le plomb n’est pas plus cancérogène que la charcuterie. Je n’ai pas entendu cette chercheuse lorsqu’une usine à boudin a pris feu…

    Dr Pierre Castaing

  • Du buzz

    Le 07 juillet 2019

    Robin des bois et Mediapart comme d'habitude crient "au loup" pour faire du buzz...le saturnisme peut être grave mais quel rapport avec le cancer ?

    Dr Jean-Pierre Lamagnere

  • Ne pas affoler la population

    Le 11 juillet 2019

    Pollution inévitable. de toute façon ...et éviter la psychose collective dans un moment d'intense émotion dû à l’événement est aussi un argument recevable à mes yeux...Le temps de l'urgence, des analyses, de la concertation, de la réflexion sur les éventuelles conséquences psychologiques, quinze jours cela me parait tout à fait correct ...quant aux conséquences à long terme du genre le cancer dans trente ans :)) il faudrait alors d'abord éliminer tous les diesels de Paris ou mettre en place l'autorisation alternée de conduite non stop par ex .:)). Peut on admettre que des choix puissent ne pas être parfaits mais conformes à ce qui parait être les meilleurs dans des circonstances particulières a un moment t sans qu'ils soient taxés d'intentions malveillantes ?

    Simone M

  • Incendie de Notre-Dame

    Le 11 juillet 2019

    Depuis quand le plomb est-il cancérigène ?
    Le vrai scandale, c'est qu'on continue d'essayer de nous faire croire que cet incendie n'est pas d'origine criminelle !
    On attend Mediapart sur ce sujet. On peut toujours attendre...

    Dr Franck Boutault

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.