Infection materno-fœtale à virus Zika : les leçons de l’épidémie antillaise

Une infection fœtale à Zikavirus (ZKV) peut provoquer des atteintes graves et des décès surtout lorsqu’elle survient au 1er trimestre de la grossesse. Suite à une importante épidémie aux Antilles françaises en 2016, plusieurs études ont été menées afin d’approfondir cette question

Sérologie positive versus sérologie négative

En particulier, au sein d’une cohorte de femmes ayant développé une infection symptomatique à ZKV durant leur grossesse, le risque d’anomalies à la naissance attribuables au ZKV avait été estimé à 7 %. Mais les femmes n’avaient pas été confrontées prospectivement à un groupe témoin. Ce groupe a été constitué par des femmes testées sérologiquement négatives à leur accouchement en Guadeloupe et dont les informations sur la grossesse ont été collectées rétrospectivement. Les 490 enfants du groupe séronégatif ont été comparés aux 241 enfants nés vivants et exposés in utero au ZKV de la cohorte Guadeloupe. Il en ressort que 42 enfants du groupe séronégatif (8,6 %) présentaient des anomalies neurologiques « compatibles avec une infection à ZKV » (dont 41 microcéphalies sans autres anomalies associées). Cette proportion n’était pas statistiquement différente de celle observée dans le groupe des 241 enfants exposés au ZKV (6,6 %, p = 0,36).

L’impact de la charge virale

Y aurait-il un lien entre charge virale lors de l’infection aiguë maternelle et le risque et la sévérité de l’atteinte du nouveau né, ainsi qu’avec la sévérité des symptômes maternels (nombre de symptômes, sévérité du rash) ?

Provenant de la même cohorte de femmes enceintes positives en PCR lors de l’épidémie 2016, 277 nouveau-nés ont pu être étudiés : 15 d’entre eux (5,4 %) présentaient des anomalies compatibles avec une infection fœtale à ZKV. La charge virale maternelle médiane était identique dans les deux groupes d’enfants asymptomatiques versus symptomatiques (OR = 1,04, p = 0,685). La charge virale médiane était d’autant plus basse que le délai la séparant du début des symptômes s’allongeait. Par ailleurs, la charge virale augmentait avec le nombre de symptômes.

Aucune relation n’a donc été observée entre la charge virale plasmatique maternelle et le devenir des enfants. Mais la charge virale était associée avec une infection maternelle plus récente et plus sévère.

Dr Muriel Macé

Références
Funk A et coll.: Comparison of the risk of birth defects in live births from pregnant women infected and not infected by Zika virus in Guadeloupe, 2016-2017.

Pellerin S et coll.: Is maternal plasma Zika virus load associated with birth outcomes and maternal disease severity?

29th European Congress of Clinical Microbiology & Infectious Diseases (ECCMID) (Amsterdam) : 13-16 avril 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article