Infections à Acinetobacter baumannii : alerte dans les hôpitaux provençaux

Marseille, le jeudi 24 février 2011 – Cet automne, le service de réanimation de l’hôpital Nord de Marseille avait dû être fermé pendant plusieurs semaines après le décès de quatre patients victimes d’une infection à aspergillus. Aujourd’hui, dans les établissements de l’Assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM) resurgit le spectre d’une épidémie d’infections nosocomiales mortelles. Quatorze cas d’infections à Acinetobacter baumanii ont en effet été recensés et quatre décès pourraient être imputés à cette bactérie plutôt rare en France. Différents établissements sont touchés et l’alerte a été donnée le 15 février après les signalements effectués par Didier Raoult, professeur de virologie. L’affaire est observée avec une grande vigilance par les autorités sanitaires qui ont tenu sur le sujet ce mercredi 23 février une réunion de coordination au ministère de la Santé.

Résistance

L’inquiétude est grande en raison notamment du précédent observé dans plusieurs hôpitaux du Nord. En 2003, vingt-trois patients avaient été touchés dans quatre établissements différents et huit décès avaient été déplorés. La souche détectée s’était révélée productrice de bêta lactamase à spectre élargi ce qui lui conférait un phénotype de résistance particulier, ne la laissant sensible qu’à l’imipénem et à la colistine. Les bactéries en cause en Provence seraient similaires. Cependant, les praticiens des hôpitaux touchés se veulent rassurants. « Nos hôpitaux fonctionnent normalement, nous n’avons pas de fermeture de services. Il faut multiplier toutes les procédures de nettoyage des mains pour les personnes au contact des malades immunodéprimés » commente Jean-Paul Segade, directeur général de l’AP-HM cité par la Provence.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.