Influence de l’origine des parents sur le risque de troubles du spectre autistique

Parmi les facteurs de risque des troubles du spectre autistique (TSA), l’origine géographique des parents semble jouer un rôle significatif, certaines formes d’autisme concernant plutôt les enfants de migrants, alors que d’autres (autisme de haut niveau) seraient au contraire plus fréquentes chez les enfants de parents originaires du même pays.

Portant sur plus de 100 000 naissances d’enfants nés aux Pays-Bas entre 1998 et 2007, une étude rétrospective vise à préciser ce risque de TSA dans une cohorte d’enfants nés de parents immigrés, comparativement aux enfants nés de parents non immigrés. Cette étude a recensé 518 cas de TSA dont 150 enfants atteints d’autisme proprement dit et 368 enfants atteints du syndrome d’Asperger ou d’un TEDNAS (trouble envahissant du développement non autrement spécifié, Pervasive Developmental Disorder Not Otherwise Specified).

Les enfants nés de migrants en provenance de pays en développement avaient un risque significativement plus faible de TSA que les enfants de parents d’origine hollandaise (rapport de taux = 0,6 ; intervalle de confiance à 95 % [0,5–0,9]). Dans le groupe avec syndrome d’Asperger ou TEDNAS, le risque se révèle aussi réduit (rapport de taux = 0,4 ; intervalle de confiance à 95 % [0,3–0,6]), alors que pour l’autisme proprement dit, ce risque n’est que légèrement et non significativement augmenté (rapport de taux = 1,4 [0,9–2,4], intervalle de confiance à 95 %). Quant à l’âge au diagnostic, il n’est pas différent pour les enfants de migrants et les autres.

En conclusion, les auteurs confirment que leur étude fait ainsi “ écho à des recherches suédoises suggérant une inversion du gradient de risque chez les enfants de parents originaires de pays en développement ”, en particulier une diminution du risque d’autisme de haut-niveau (syndrome d’Asperger), mais un “ risque accru pour l’autisme de bas niveau ”. En revanche, dans la mesure où “ l’âge au moment du diagnostic s’est révélé similaire ” (en matière de TSA), cette nouvelle étude ne confirme pas “ la notion voulant que les enfants nés de parents immigrés seraient diagnostiqués moins souvent ” ou plus tard. Il est aussi possible que la plus grande fréquence du syndrome d’Asperger et des TEDNAS chez les enfants nés de parents non immigrés résulte en partie d’un surdiagnostic de ces troubles dans cette population et/ou de leur “ sous-estimation artificielle parmi les enfants de migrants.”

Dr Alain Cohen

Référence
Van der Ven E et coll. : An incidence study of diagnosed autism-spectrum disorders among immigrants to the Netherlands. Acta Psychiatr Scand., 2013: 128: 54–60.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Enquête à completer

    Le 25 septembre 2013

    Enfin une étude autrement plus sérieuses que les spéculations creuses de Bernard Golse qui nous ont été précédemment infligés... Cela dit cette enqête serait à croiser avec d'autres qui font également valoir que le risque de TED augmente avec l'âge de la grossesse. Tout comme la trisomie, il semblerait que le risque de TED soit lié avec des âges à risques. Cette enquête pour être compléte devrait faire des comparaisons entre les âges de la mère lors de la grossesse ayant mis au monde un enfant porteur de TED et également avec l'âge du père car nous savons également que la qualité du sperme se dégrade avec l'âge. En ces temps de famille recomposée et de pression économique sur les femmes, il serait temps de pousser les études afin de mettre sur pied des politiques de prévention de santé...
    Dans les années qui viennent la maladie d'Alzheimer et les divers TED vont peser un poids critiques ...

    Bernard Botturi

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.