Intelligence et allaitement, une polémique nourrie

Archives of General Psychiatry a publié récemment une étude canadienne (Kramer MS et coll. : Breastfeeding and child cognitive development. Arch Gen Psychiatry 2008 ; 65 (5) : 578-584) encourageant l’allaitement maternel en raison de son effet favorable sur le QI des enfants. Si personne ne conteste son intérêt général pour renforcer l’immunité et rapprocher la mère de son enfant, cet impact éventuel sur le QI ne fait pas l’unanimité, comme le montre la poursuite du débat dans les Lettres des lecteurs à l’éditeur.

Pour expliquer cet accroissement apparent de l’intelligence, un praticien de Floride (le Dr Sullivan) évoque la possibilité d’une action neuro-protectrice du lait maternel, due à l’apolactoferrine qu’il contient et susceptible de stimuler l’activité antioxydante du plasma. Laquelle pourrait diminuer l’effet nocif des radicaux libres sur le cerveau du nouveau-né, dommages toujours possibles (même s’ils sont infra-cliniques) lors du passage à la vie extra-utérine. Mais d’autres lecteurs contestent en revanche la conclusion de cette étude, jugée surévaluée (overinterpreted) : « contrairement à l’assertion des auteurs, elle apporte peu d’éléments prouvant l’effet bénéfique de l’allaitement au sein sur le QI ». Parmi leurs arguments, retenons surtout la possibilité d’un biais méthodologique  plutôt inhabituel, puisqu’il s’agirait du contexte linguistique ! En effet, l’étude en question a été réalisée au Bélarus, mais les tests de QI furent proposés en russe, alors que ce n’était pas la langue maternelle de certains enfants (parlant notamment le biélorusse ou le polonais). D’où le caractère litigieux d’un test passé dans une « seconde langue », chez des enfants de surcroît très jeunes. Kramer et coll. répondent qu’en pratique, vers l’âge de 6 ans ½, « très peu d’enfants du Bélarus ne sont pas complètement russophones, car tous les programmes de radio et de télévision sont diffusés en russe ».

Dr Alain Cohen

Références
Jerome Sullivan : Cognitive development : breast-milk benefit vs infant formula hazard.
Geoff Der et coll. : Results from the PROBIT breastfeeding, trial may have been overinterpreted.
Anthony Grant Gordon : Breastfeeding and IQ : unknown and known.
Arch Gen Psychiatry 65-12 : 1456-1459.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article