Interféron α, facteur pathogénique commun de maladies auto-immunes familiales ?

Le caractère familial de certaines pathologies auto-immunes suggère l’existence de mécanismes pathogéniques communs. Une observation de patients atteints de dermatomysosite juvénile a permis de retrouver 304 histoires familiales de maladies auto-immunes, dont 68,4 % avec au moins un autre parent atteint, et 29,3 % avec 3 parents ou plus atteints, sur 3 générations. Le lupus érythémateux disséminé est sur-représenté dans ces familles, retrouvé dans 11,5 % des familles, un taux 5 fois supérieur à celui de la population générale. Les auteurs signalent qu’un dosage sérique plus élevé d’interféron α chez les enfants ayant des antécédents familiaux de maladies auto-immunes permet de penser qu’il pourrait être le facteur pathogénique commun recherché.

Dr Roseline Péluchon

Références
Niewold TB et coll. : Familial aggregation of autoimmune disease in families of children with juvenile dermatomyositis: family history of lupus is associated with increased IFN- α.
73rd annual meeting of the American College of Rheumatology/44th annual meeting of the Association of Rheumatology Health Professionals (Philadelphie) : 17-21 Octobre 2009.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article