Jouer n’est pas un handicap

Paris, le samedi 9 novembre 2019 – La Paris Games Week a fermé ses portes dimanche 3 novembre laissant repus d’animations virtuelles ses visiteurs. Plus encore que les années précédentes, la manifestation a accordé une large place aux amateurs de jeux vidéo atteints d’un handicap. Loin de se contenter des serious games qui depuis quelques années utilisent la réalité virtuelle ou les systèmes interactifs du jeu vidéo pour créer une sensibilisation nouvelle autour du handicap, la manifestation invitait les personnes handicapées à être acteur à part entière de ces journées si appréciées des geek. Il faut dire que même s’ils ne sont pas adaptés à toutes les personnes handicapées, les jeux vidéo offrent à certaines d’entre elles la possibilité de dépasser pour quelques heures leurs difficultés propres et surtout de partager sur un terrain d’égalité de véritables moments avec des camarades non handicapés. Par ailleurs, les concepteurs de jeux vidéo et autres joy sticks ont progressivement de mieux en mieux intégré cette dimension en programmant des logiciels répondant aux différents types de handicap et en concevant des dispositifs adaptables. Différents espaces en ont témoigné à la Paris Games Week, qui met un point d’honneur à être accessible à tous les handicaps.

Jouez comme vous êtes

Ainsi, trois tournois "inclusifs" étaient organisés : tous les participants étaient des « binômes constitués d’une personne valide et d’une en situation de handicap » qui se sont affrontés à Forza 7 Motorsport (course de voiture), Street fighter 5 (jeu de combat) et Efootball Pes 2020 (compétition de foot) comme l’expliquait Jérôme Dupire, enseignant chercheur au Conservatoire national des Arts et Métiers et cofondateur de l’association CapGame. Par ailleurs, l’espace “Jouez comme vous êtes” animé par cette organisation mettait en avant le travail de différents fablabs et entreprises dont l’objectif est la conception de manettes adaptées ou encore de serious game thérapeutiques, tandis que d’autres stands abordaient la prise en compte de différents types de handicap.

Des armes ludiques

Outre sa présence lors de ce type de manifestation et l’organisation de compétitions de jeux vidéo où les handicapés ont autant leur place que les autres joueurs CapGame entretient une veille technologique dont l’objectif est de recenser tous les jeux, stratégies, dispositifs existants, qui sont souvent méconnus des personnes concernées mais aussi parfois des concepteurs. L’objectif de cette association est également de sensibiliser les entreprises à cette problématique, afin qu’elle soit plus systématiquement intégrée dans les programmations des logiciels. Il s’agit également de développer des outils permettant de faire de ces dispositifs ludiques de véritables moteurs d’intégration.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article