Journée mondiale du don du sang : les réserves françaises au plus bas

Paris, le vendredi 14 juin 2019 - Alors que l’Établissement français du sang (EFS) organise comme chaque année la journée mondiale du don du sang ce vendredi 14 juin, les réserves de sang ont atteint en France leur niveau le plus bas depuis 2011.

« Prenez le relais, un mois pour tous donner ». C’est le slogan du mois de mobilisation pour le don du sang lancé par l’EFS à l’occasion de la journée mondiale du don du sang ce vendredi et qui durera jusqu’au 13 juillet. L’objectif est bien sûr d’inciter les donneurs réguliers à faire un don mais également de les convaincre de sensibiliser leurs proches pour augmenter le nombre de donneurs. « L’idée est d’enclencher une chaine de solidarité qui s’appuie sur les donneurs actuels pour engager leur entourage, leur famille, leur communauté sur Internet » explique Philippe Moucherat, directeur de communication de l’EFS.

Application

A l’occasion de ce mois de mobilisation, un « village du partage » a été organisé sur le parvis de l’Hôtel de ville de Paris, du 11 au 16 juin. Les volontaires pourront participer à diverses activités culturelles et gastronomiques en plus de donner leur sang. L’une des nouveautés de cette journée du don du sang 2019 est en outre la création de l’application pour smartphone « Don du sang ». Elle permet aux utilisateurs de se renseigner sur leur aptitude à donner, localiser les lieux de collecte les plus proches et prendre rendez-vous. Cette journée du don du sang intervient alors que les stocks de sang sont au plus bas depuis 2011, avec seulement 85 000 poches de globules rouges en réserve. Le début du printemps est généralement une mauvaise période pour le don du sang, en raison des nombreux ponts.

Inégalités

Cette manifestation arrive donc à point nommé car elle est traditionnellement associée à une générosité soutenue. En 2018, 1,6 millions de Français avaient donné leur sang et 77 000 dons avaient été enregistrés lors de la journée mondiale grâce à un millier de collectes à travers le pays. Au-delà de la situation française, cette opération internationale est l’occasion de rappeler qu’il existe encore une grande disparité entre pays riches et pays en voie de développement en la matière. Sur les 112 millions de don du sang effectués chaque année dans le monde, près de la moitié le sont dans des pays à revenu élevé ne regroupant que 19% de la population. Et alors que dans les pays riches, 90% de l’approvisionnement en sang provient de donneurs non rémunérés, de nombreux pays s’appuient encore sur les dons familiaux dits « de compensation » et les « dons » rétribués. Aussi, face à ces inégalités, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande que chaque pays mette en place une politique nationale de transfusion sanguine notamment pour améliorer le dépistage des infections : une cinquantaine de pays n’ont pas encore mise en place de tels programmes.

Pour rappel, pour donner son sang, il faut être âgé de 18 à 70 ans, peser plus de 50kg et respecter un délai de huit semaines entre deux dons. Il existe également des contre-indications liées à l’état de santé ou aux pratiques sexuelles à risque. Si vous remplissez les critères pour effectuer un don, donnez votre sang !

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article