L'insulinothérapie est plus souvent nécessaire dans le diabète de type 2 déséquilibré avec taux de triglycérides normaux

L'optimisation du contrôle glycémique en cas de diabète de type 2 peut nécessiter une insulinothérapie. Cependant, ce traitement peut être mis en échec et ce choix thérapeutique doit être argumenté.

Afin d'identifier les facteurs associés à la nécessité d'une insulinothérapie, une étude rétrospective a été réalisée chez 103 patients ayant un diabète de type 2 mal contrôlé (HbA1c moyenne à 9,4 %) avec un recul de 5 ans. Une insulinothérapie était conseillée si l'HbA1c restait supérieure à 8 % malgré un traitement antidiabétique oral maximal et un bon contrôle pondéral.

Une insulinothérapie a été débutée chez 63 patients. Les patients insulino-traités, comparativement aux patients pour lesquels une insulinothérapie n'avait pas été nécessaire, étaient plus âgés de 5 ans en moyenne (p = 0,004) ; avaient un diabète depuis plus longtemps, d'une durée supérieure de 3 ans en moyenne (p = 0,03) ; un taux d'HbA1c à l'entrée dans l'étude plus élevé de 1,2 % en moyenne (p = 0,002) et un taux de triglycérides plus bas de 50 % en moyenne (p = 0,02).

L'analyse longitudinale a confirmé qu'une plus longue durée du diabète, un taux plus élevé d'HbA1c et un taux normal de triglycérides étaient associés à l'insulino-réquérance. Pour un taux d'HbA1c supérieur à 9,5 %, l'existence d'un taux normal de triglycérides multipliait par 2,35 le risque de passage à l'insuline (p = 0,016). La comparaison des patients selon leur taux de triglycérides a montré que ceux ayant un taux normal (n = 46), par rapport à ceux ayant un taux supérieur à 1,7 mmol/l, avaient un IMC et un taux de C-peptide plus bas et un passage à l'insuline plus fréquent (71 % versus 52 % ; p = 0,03) malgré un taux d'HbA1c initial et une durée du diabète comparables.

Ces résultats suggèrent qu'un taux normal de triglycérides contemporain d'un mauvais équilibre glycémique témoigne d'une diminution progressive de la sécrétion d'insuline. Cependant, en l'absence de dosage des anticorps anti-GAD on ne peut exclure que certains des patients ayant des taux de triglycérides normaux n'aient en fait un diabète auto-immun latent. En cas de diabète de type 2 déséquilibré un taux normal de triglycérides est associé à un recours plus fréquent à l'insuline.

Dr Laurence Du Pasquier


Rigalleau V et coll. : « Lower plasma triglycerides are associated with increased need for insulin requirement in poorly controlled type 2 diabetic patients. » Diabet Med. 2005 ; 22 : 877-881. © Copyright 2005 http://www.jim.fr

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article