La CARMF en ordre de bataille

Paris, le mardi 8 octobre 2019 - Le show présidentiel de Rodez, jeudi dernier, ne semble pas lui avoir permis de gagner des points auprès des professions libérales. La promesse d’Emmanuel Macron d’une absence d’utilisation pour le bénéfice du régime général des réserves des caisses de retraite de ces professions n’a en effet pas apaisé les tensions, comme l’ont révélé les inquiétudes exprimées, samedi, lors d’un colloque organisé par la CARMF (Caisse Autonome de Retraite des Médecins de France) auquel ont participé les organisations syndicales représentatives des médecins libéraux. 

Moment fort de cette rencontre : la présentation, par Henri Chaffiotte, directeur général de la CARMF, de simulations réalisées par la caisse, qui anticipent une perte de revenus de 30 % des médecins libéraux en cas de réforme telle qu’elle apparaît programmée, comme Thierry Lardenois l’avait annoncé il y a quelques semaines en exclusivité aux lecteurs du JIM.

Aussi, le ton général semblait à l’offensive et à l’occasion d’une table ronde, les syndicats représentatifs ont détaillé les cinq points qui leur semblent non négociables : les droits acquis « à l'euro près », le respect du contrat conventionnel (ASV), la place de la profession dans la gouvernance du futur régime universel, le maintien des missions sociales de la CARMF et la sauvegarde des réserves.

En outre, le Dr Jean-Paul Hamon, patron de la FMF (Fédération des médecins de France), particulièrement impliqué dans cette bataille s’est interrogé « la vraie question, c'est l’avenir du système conventionnel. Est-ce qu’on a encore intérêt à être médecin en secteur 1 ? L'État n'est-il pas en train de nous pousser hors de la convention ? On doit se poser la question ».

Et confirmant la détermination de l’institution qu’il préside, le président de la CARMF a conclu la conférence en promettant : « nous soutiendrons tous les mots d’ordre de mobilisation ».


X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article