La dapaglifozine réduit le coût de l’insuffisance rénale

Environ 40 % des patients diabétiques de type 2 développent une insuffisance rénale chronique. Et les répercussions sont importantes sur les plans médicaux, socio-économiques et personnels. D’autant que la prise en charge des patients diabétiques de type 2 atteints d’insuffisance rénale est souvent difficile.
 
La dapaglifozine appartient à la classe des inhibiteurs du transporteur sodium/glucose de type 2 (SGLT2). Elle diminue la réabsorption rénale du glucose et favorise son excrétion urinaire. L’étude DECLARE-TIMI 58 a montré qu’un traitement par dapaglifozine améliorait plus que le placebo la fonction rénale et les décès par insuffisance rénale.

Les auteurs de l’étude ont évalué l’intérêt (non plus médical) mais économique de la dapaglifozine par son action sur la fonction rénale. Les données de l’étude ont été reprises pour estimer le nombre attendu de patients diabétiques de type 1 présentant une diminution progressive du débit de filtration glomérulaire d’au moins 40 %  en dessous de 60 ml/mn/1,73 m2 (progression de l’insuffisance chronique) ou une insuffisance rénale terminale à un horizon de 4 ans. Le coût engendré par les dialyses était calculé suivant l’incidence des insuffisances rénales terminales et ses modalités au Royaume-Uni.

Les résultats de l’étude indiquent que, pour 1000 patients, l’utilisation du placebo est associé à 25,6 progressions d’insuffisance rénale chronique et à 2,4 insuffisance rénale terminale sur 4 ans, alors que la dapaglifozine est associée à 11,8 cas de progression d’insuffisance rénale chronique en moins (-46 %) et 1,6 cas de moins d’insuffisance rénale terminale (-67 %). En conséquence, en 4 ans, la dapaglifozine évite 1 126 jours de dialyse pour 1 000 patients parmi lesquels plus de 70 % justifieraient d’une dialyse.

Le coût estimé de la progression de l’insuffisance rénale chronique et de l’insuffisance rénale terminale associée au placebo s’élève à 460 277 $ pour 1000 patients sur 4 ans. Celui associé à la dapaglifozine à 285 444 $ de moins (- 62 % vs placebo).

Les auteurs souhaitent prolonger l’évaluation des économies réalisées sur le long terme. Ces considérations économiques ne doivent toutefois pas cacher l’impact sur la qualité de vie que constitue aussi l’allongement du délai d’apparition d’une insuffisance rénale terminale.
 

Dr Roseline Péluchon

Références
Mc Ewan P et coll.: Renal Outcomes from the DECLARE-TIMI 58 Trial: Quantifying the Health-Care Implications ; American Diabete Association - 79th Scientific Sessions (San Francisco, California) : 7 -11 juillet 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article